Le Libéria présente sa stratégie de réduction de la pauvreté aux bailleurs de fonds

27/06/2008
Share |

Une délégation du Groupe de la Banque africaine de développement (BAD), conduite par son Vice-président, M. Joseph Eichenberger, a participé la semaine dernière au Forum 2008 sur  la réduction de la pauvreté au Libéria organisé à Berlin par le ministère allemand de la Coopération économique et du Développement. L’objectif de la rencontre était de présenter la Stratégie de réduction de la pauvreté (SRP) 2008-2011 récemment publiée et d’obtenir le soutien des partenaires au développement. La SRP fait suite au document intérimaire de stratégie de réduction de la pauvreté 2007 (DSRP intérimaire) qui a reçu l’appui conjoint de la BAD et de la Banque mondiale (BM). Au titre de la SRP, l’appui de la BAD est principalement axé sur l’infrastructure dans les secteurs de l’eau et de l’assainissement et l’appui budgétaire. La délégation libérienne était conduite par Madame Ellen Johnson Sirleaf, Présidente du Libéria, qui était accompagnée des principaux membres de son gouvernement et des représentants de la communauté des partenaires au développement socio-économique du Libéria, dont les Etats-Unis, le FMI, la BM, l’UE, DFID, la Suède, la Norvège, le Japon et la France. Le Libéria a renoué avec la BAD en décembre dernier,  après plus de deux décennies de sanction, suite au paiement de ses arriérés, estimés à 240 millions de dollars.

S’exprimant lors de la rencontre, le vice-président Joseph Eichenberger a déclaré que la SRP est une opportunité pour le Groupe de la BAD et le Libéria d’exprimer leur ferme engagement à poursuivre leur objectif. Il a souligné que l’objectif commun du peuple libérien et de la BAD remonte à plusieurs années. M. Eichenberger a rappelé que la Charte de la BAD a été élaborée lors de la Conférence de Monrovia en 1961. Deux décennies de tragédie ont, a-t-il dit, compromis cet objectif commun ; mais elles n’ont pu le détruire et l’événement offre une opportunité pour les deux parties de réaffirmer leur confiance dans la paix, la dignité et la recherche de la prospérité pour le peuple libérien. Le vice-président de la BAD a fait remarquer que la Stratégie de réduction de la pauvreté qui associe à la fois le défi et l’objectif communs  peut être réalisée, ajoutant qu’il s’agit de quelque chose d’aussi ambitieux qu’approprié.

Pour la BAD, a-t-il poursuivi, « … on ne peut lire la SRP sans l’apprécier dans sa nature profondément humaine. Elle traduit les aspirations et les espoirs du peuple libérien. Elle présente les défis réels dans leur contexte fondamentalement humain et définit les objectifs qui sont impérativement nécessaires pour le bien-être humain. Dans ce document,  au style il est vrai trop souvent technocratique et distant, nous entendons la voix des populations: claire, forte et pleine d’espérance. Le gouvernement a consacré d’importants efforts qui vont sans aucun doute dans ce sens. Un nouveau et haut niveau d’exigences a été atteint dont nous pouvons tous apprendre. Ce que les Libériens ont demandé, c’est simplement ce que chacun d’entre nous aurait demandé, sans plus. Nous devons, ensemble, tout mettre en œuvre pour aider les Libériens à atteindre cet objectif ».

M. Eichenberger a expliqué que la Stratégie nationale de réduction de la pauvreté présente une signification particulière pour les partenaires du Libéria. « C’est le socle sur lequel nous allons systématiquement construire et intensifier nos efforts partout où nous pourrons », a-t-il déclaré. 

« Un quart de siècle d’arriérés épongés et les relations normalisées, grâce à la générosité des partenaires et à la crédibilité et à la vision du Libéria ; nous avons créé un nouveau fonds commun: la Facilité pour les Etats fragiles qui va aider le Libéria à disposer de ressources financières beaucoup plus substantielles que ne le permettent nos mécanismes traditionnels de financement ; nous nous sommes engagés à réduire les nombreux obstacles et les coûts de transaction inhérents à nos procédures et nous comptons sur vos idées pour y arriver, nous allons privilégier le soutien aux infrastructures- en particulier dans le secteur de l’eau et de l’assainissement- et le renforcement des institutions nécessaires pour une administration publique capable et efficace, y compris l’appui budgétaire », a-t-il poursuivi.

Il est à noter que le Libéria a joué un rôle déterminant dans la création de la BAD, avec le libérien, feu Romeo A. Horton, qui a joué un rôle prépondérant tout au long du processus de sa création.


Sections Connexes