Madagascar - La BAD approuve la deuxième phase du Projet de Réhabilitation et d’Extension du Périmètre de Bas-Mangoky

27/11/2014
Share |

Le Groupe de la Banque africaine de développement (BAD) a approuvé, mercredi 26 Novembre 2014  à  Abidjan, deux prêts d’un montant global d’environ 59 millions de dollars américains (USD) pour contribuer au financement de la deuxième phase du Projet de Réhabilitation et d’Extension du Périmètre de Bas-Mangoky (PRPBM II), dans la région  Sud-Ouest de Madagascar.

Ce projet, qui vient renforcer la première opération du même type financé par la Banque dans le bassin versant du fleuve Mangoky,  vise à améliorer la productivité agricole, notamment rizicole et les revenus des agriculteurs dans cette région du pays où 82% de la population sont pauvres.  Ce faisant, il contribuera également au renforcement de la sécurité alimentaire du pays tout entier qui demeure un importateur net de riz avec plus de 400 000 tonnes importées en 2013.

Le projet portera essentiellement sur le développement d'un réseau d'irrigation couvrant 5000 ha et intégrant des ouvrages connexes. Les capacités des bénéficiaires et leurs associations seront renforcées dans les domaines de la gestion et de l'entretien des infrastructures hydroagricoles communautaires, et également en matière de conservation, de transformation et de commercialisation des produits agricoles. Des activités spécifiques seront mises en œuvre pour améliorer l'autonomisation économique des femmes notamment l'allocation de 2000 ha de terres irriguées, l'approvisionnement en intrants et outils agricoles, et la mise en place d'un fonds spécial pour promouvoir les activités génératrices de revenus dans les domaines de la production, de la transformation et de la commercialisation des produits agricoles.

Conçu pour être réalisé en cinq ans, pour un coût total estimatif  à hauteur de USD 65 millions financé par un prêt FAD de près de USD 24 millions, un prêt FAT de près de USD 35 millions et une contribution du Gouvernement estimée à environ USD 6 millions,  le projet bénéficiera à une population estimée à  45 000 personnes, dont 51,5 % sont de femmes.  Une fois achevé, le projet devrait générer une production annuelle supplémentaire de 44 000 tonnes de riz paddy et 2400 tonnes de pois, ce qui porterait le revenu annuel moyen des bénéficiaires de USD 624 à USD 1.875.