Cartographier les résultats : une vue d’ensemble pour un panorama complet

21/05/2014
Share |

Le 21 mai à Kigali, dans le cadre de ses Assemblées annuelles 2014, la Banque africaine de développement (BAD), a officiellement lancé MapAfrica, une plateforme en ligne interactive qui dresse la carte des investissements de la Banque en Afrique.

En partenariat avec Aid Data, la BAD a ainsi dévoilé ce nouvel outil de géocodage, qui permet de communiquer sur les résultats avec davantage de clarté encore. MapAfrica permet à la Banque de veiller à ce que ses ressources soient affectées de sorte à produire un effet optimal. L’outil offre aussi aux parties prenantes la possibilité de mieux comprendre les activités de la Banque et leur impact sur le développement à l’échelle locale.

Simon Mizrahi, directeur du Département des résultats et du contrôle qualité de la BAD, a déclaré que MapAfrica s’inscrivait dans la droite ligne de l’engagement de la BAD à fournir un accès transparent à son travail  et à montrer clairement les résultats obtenus sur le terrain. Il a ajouté : « MapAfrica nous permet de présenter nos investissements et nos résultats de façon simple, en nous rapprochant des personnes que nous servons. »

Avec MapAfrica, les utilisateurs peuvent rechercher les projets de la Banque par pays, secteur ou année d’approbation, ou tout simplement en zoomant sur un pays ou une région spécifique. Les “couches” cartographiques, telles que le PIB ou le taux de pauvreté, permettent également aux utilisateurs de procéder à des analyses multidimensionnelles, s’ils le souhaitent.

MapAfrica est bien plus qu’un simple outil de localisation géographique : les utilisateurs peuvent également prendre connaissance des montants que la BAD investit et la manière dont chaque projet améliore la vie des personnes qui vivent en ces lieux.

À l’avenir, cet outil permettra à la Banque de mieux planifier ses projets sur le terrain. Il aidera également à saisir où se situent les écarts de développement et à identifier tant les donateurs que les projets sur lesquels ils travaillent pour combler ces écarts, permettant ainsi à toutes les parties prenantes de faire leurs choix en toute connaissance de cause. Par exemple, associer des données ouvertes sur la population, la pauvreté, les maladies ou autres indicateurs, provenant de gouvernements, de donateurs et de chercheurs ou d’ONG, aux interventions que la Banque a prévues, permettra de mieux cibler et d’améliorer la mesure des résultats.

MapAfrica s’avérera un moyen puissant pour fermer la boucle du retour d’informations, en permettant aux bénéficiaires et aux autres parties prenantes d’échanger leurs points de vue sur le succès des opérations. La Banque compte renforcer l’engagement de la société civile, afin d’encourager une plus grande responsabilité vis-à-vis des parties prenantes et d’évaluer l’efficacité de ses projets.

MapAfrica a été lancé à l’occasion de la Présentation financière et de l’efficacité du développement, menée dans le cadre d’un événement phare des Assemblées annuelles 2014 de la Banque.

À propos d’AidData

Grâce à AidData, les informations sur le financement du développement deviennent plus accessibles et plus concrêtes, avec la création de données, d’outils d’aide à la prise de décision et de produits du savoir, qui permettent à la communauté internationale du développement de mieux cibler, coordonner et évaluer l’aide. Grâce au portail de données complet d’AidData – aiddata.org –, chercheurs et spécialistes du développement peuvent comparer des informations sur plus de 40 000 milliards de dollars EU, versés sous la forme d’investissements étrangers directs et d’aides, par un total de 90 organismes donateurs.