Mauritanie : 24 millions $ de dons de la BAD pour la sécurité alimentaire, la gouvernance et l’emploi des jeunes

11/12/2014
Share |

La Banque africaine de développement (BAD) et le gouvernement mauritanien ont signé, ce 11 décembre 2014 à Abidjan, trois accords de don totalisant plus de 24 millions de dollars EU.

Ces dons, destinés à favoriser une croissance inclusive dans le pays, financeront la composante mauritanienne du Programme de renforcement de la résilience à l’insécurité alimentaire et nutritionnelle au Sahel, ainsi que le Projet d’appui à la gouvernance pour la promotion d’une croissance inclusive et le Projet d’appui à la formation et l’emploi des jeunes dans le pays.

« Promouvoir une croissance inclusive est l’une des priorités de la BAD dans ses interventions en Mauritanie », a rappelé, lors de la cérémonie de signature, le vice-président Aly Abou-Sabaa, chargé de l’agriculture, de l’eau, du développement humain, de la gouvernance et des ressources naturelles à la BAD.

La signature de l’accord de don pour le Programme de renforcement de la résilience à l’insécurité alimentaire et nutritionnelle est hautement symbolique : « Nous avions promis d’apporter une plus grande assistance aux pays du Sahel pour y renforcer la sécurité alimentaire. C’est chose faite », s’est réjoui Abou-Sabaa.

Ce programme, que la BAD finance à hauteur de 17 millions de dollars EU, est stratégique pour la Mauritanie. De fait, la région souffre depuis plusieurs décennies de crises climatiques et alimentaires à répétition, source de difficultés sérieuses pour la population et de fragilité persistante. Ce programme aidera donc à renforcer la résilience des populations vulnérables à l’insécurité alimentaire et nutritionnelle qui prévaut dans le pays, en leur donnant les moyens de résister par elles-mêmes aux aléas et aux chocs climatiques. Priorité sera ainsi donnée à la maîtrise de la gestion de l’eau, à l’amélioration de la production et de la productivité agricoles, à la sécurisation des moyens d’existence, à l’amélioration de la protection sociale des groupes les plus vulnérables, de l’accès aux aliments et à une optimisation de la nutrition.

Le deuxième don, d’un montant de 3,3 millions de dollars EU, est destiné au Projet d’appui à la gouvernance pour la promotion d’une croissance inclusive. Celui-ci contribuera à réduire les obstacles qui entravent l’investissement privé. Ce, afin de promouvoir une croissance économique forte et inclusive, grâce à l’élaboration et la mise en œuvre de politiques en faveur de l’emploi des jeunes et des femmes et du développement du secteur privé.

Enfin, le troisième don, dédié spécifiquement au Projet d’appui à la formation et l’emploi des jeunes, s’élève lui aussi à 3,3 millions de dollars EU. Les objectifs attendus du projet, approuvé le 28 novembre 2014, sont au cœur de l’agenda de la Banque pour la croissance inclusive en Mauritanie. Il offrira un appui technique pour doter le pays d’une politique de l’emploi volontariste, dont les objectifs et les activités concordent avec l’ensemble des stratégies des secteurs productifs. La mise en place d’un système d’information sur le marché du travail permettra de disposer d’un outil d’aide à la décision politique. Le projet vise également un meilleur ancrage de la formation dans le secteur productif en vue d’améliorer l’employabilité des jeunes.

« La formation technique et professionnelle est une priorité du gouvernement mauritanien, qui apprécie cet appui de la BAD visant à renforcer l’adéquation de la formation avec l’emploi », a déclaré le ministre mauritanien des Affaires économiques et du Développement, Sidi Ould Tah.

Le ministre a tenu également à remercier la BAD pour la célérité dont elle fait désormais preuve dans le bouclage de ses financements au profit de ses pays membres africains.

Les trois accords de don signés ce 11 décembre 2014 permettront de répondre aux trois entraves majeures de la Mauritanie : une croissance insuffisamment partagée, une faible compétitivité et un certain déficit en matière de gouvernance.

Ces trois dons portent le portefeuille actif de la BAD à 255 millions de dollars EU, dont 70 % sont dévolus au secteur privé.