Maurice : 30 millions de $ de la Bad pour soutenir les réformes économiques

28/03/2007
Share |

Maurice : 30 millions de $ de la Bad pour soutenir les réformes économiques

Tunis, le 28 mars 2007 – La Banque africaine de développement a apporté son appui au programme de réformes du gouvernement mauricien visant à augmenter le taux de croissance de l’économie et à la rendre moins vulnérable aux chocs exogènes. Le conseil d’administration de la BAD à cet égard approuvé aujourd’hui un prêt d’appui budgétaire de 30 millions de $. Ce prêt marque ainsi le réengagement du pays avec la banque, la dernière opération de prêt effectuée par Maurice auprès de la banque remontant à 1987.

Le prêt aidera à combler une partie du déficit de financement de l’Etat sur les trois exercices 2006/7 à 2008/9. Le prêt sera décaissé en trois tranches égales de 10 millions de dollars EU par an, sur une période de trois ans.

Pour renforcer al croissance et assurer sa durabilité, le gouvernement a lancé un programme visant à réduire le déficit budgétaire et à alléger le fardeau de la dette en vue de les ramener à des niveaux plus viables. Le programme vise également à améliorer la productivité dans les secteurs traditionnels de l’économie en vue de restaurer leur compétitivité et de faciliter le développement des exportations. Le programme permettra en outre d’améliorer le cadre institutionnel des investissements en simplifiant les procédures d’enregistrement des entreprises et les systèmes d’incitation, en vue d’attirer plus d’investissements directs étrangers. Il vise enfin à encourager la création des emplois et promouvoir l’équité sociale.

Dans cette perspective, les réformes comprises dans le programme comprennent la réduction des dépenses fiscales (exemptions et exonérations) de 0,5 % du PIB, l’adoption d’une loi sur l’abolition du pouvoir discrétionnaire du ministre en matière d’exonération des taxes et droits, les mesures visant à renforcer l’administration fiscale, la révision du taux de l’impôt sur les sociétés, l’unification des systèmes d’incitation pour les investissements. Citons également l’élargissement des services financiers, les mesures visant à réduire le temps de création d’une entreprise, l’allègement des restrictions sur les permis de travail et de résidence et l’extension de l’appui aux PME, la préparation d’un plan directeur pour la réduction de la pauvreté et la mise en œuvre des programmes de formation et de réemploi.

Au cours des trois dernières décennies, les performances économiques de Maurice ont été remarquables, avec des taux de croissance annuelle de plus de 5 % en moyenne. Mais, cette croissance économique a connu un ralentissement à 3,4 % en moyenne au cours des quatre derniers exercices budgétaires (2001/2 – 2004/5). Maurice traverse actuellement une période de profonde transition, de la dépendance à l’égard des préférences commerciales à la concurrence ouverte de l’économie internationale. Par ailleurs, cette transition se déroule dans un contexte rendu difficile par les perturbations économiques générées par l’abolition des échanges préférentiels pour le sucre et les textiles, ainsi que par la hausse des cours du pétrole. Les effets conjugués de ces changements ont conduit à la détérioration de la performance budgétaire du pays.

L’appui budgétaire accordé par la Bad à Maurice traduit la confiance qu’inspire le pays à ses partenaires au développement. Maurice jouit d’un système politique stable basé sur une république multipartite et démocratique. Pendant un quart de siècle, le pays a régulièrement enregistré de bons résultats et a fait preuve d’une résistance impressionnante face aux récents chocs commerciaux. Le pays dispose d’un leadership fort, d’un haut degré de cohésion sociale, d’institutions solides et d’une tradition de gestion économique pragmatique. La dernière évaluation de la gestion des finances publiques (PFM) a été conduite en 2003 et a conclu que Maurice est dotée de l’un des processus budgétaires les plus transparents d’Afrique.

Depuis le début de ses opérations à Maurice en 1975, la Banque africaine de développement a financé 35 opérations dans le pays pour un montant 176 millions de $ (5,7 milliards de roupies mauriciennes).