Rencontre entre le personnel de la BAD au Mali et l’Association Professionnelle des Institutions de la Microfinance du Mali

19/03/2010
Share |

mali press realease

Bamako, le 19 mars 2010- Le personnel de la Banque africaine de développement (BAD) au Malia rencontré, vendredi 19 mars 2010, dans ses locaux, l’Association Professionnelle des Institutions de la Microfinance du Mali (APIM/MALI). L’objectif de cette rencontre est d’échanger avec les responsables de APIM/MALI sur les opportunités de partenariats et de financement de la Microfinance au Mali.

Le représentant résident de la BAD au Mali, M. Ennahli Moulaye, a tout d’abord remercié les responsables de APIM/MALI pour leur volonté de poursuivre les échanges initiés lors de la rencontre BAD - secteur financier. Il les a ensuite invité à suivre une présentation sur la politique et stratégie de la Banque dans le domaine de la Microfinance, l’expérience de la Banque, ses domaines d’intervention ainsi que sa stratégie pour le développement du secteur.

Le président de l’Association a salué la collaboration BAD-APIM/MALI ainsi que la rencontre tenue ce jour qui se voulait être l’opportunité pour l’Association de partager avec la Banque les réalisations du secteur de la Microfinance au Mali de même que les contraintes et difficultés rencontrées.

L’association a ainsi souligné la forte croissance connue par le secteur de la Microfinance au Mali au cours des dernières années de même que les acquis s’illustrant notamment par: une population de plus d’un million de personnes touchée par les produits et services offerts par les IMFs membres de l’Association ; une infrastructure composée de plus de 900 guichets à travers le pays ; un volume d’épargne de plus de 70 milliards de FCFA composée des dépôts collectés et un encours de crédit d’environ 75 milliards de FCFA.

Le président de l’APIM/MALI a par la suite porté à la connaissance des participants le risque majeur auquel la Microfinance au Mali est actuellement confrontée, en l’occurrence une forte croissance non soutenue par un renforcement des capacités des Institutions de Microfinance (IMF). Cette absence de renforcement et de consolidation des capacités professionnelles tant des IMF que de l’association a été présentée comme une entrave réelle à la poursuite d’une croissance seine et maîtrisée.

En outre, les crises qui se sont succédé au cours des dernières années, notamment la crise du secteur du coton, la crise alimentaire et la crise économique, ont contribué à fragiliser le secteur et à davantage l’exposer au besoin d’un appui tant financier que technique par les partenaires au développement. Les principaux défis du secteur de la microfinance au Mali concernent : la professionnalisation des acteurs de la microfinance ; l’amélioration des systèmes de gestion et de la technologie ; l’assainissement de la qualité du portefeuille ; la mobilisation de l’épargne locale affaiblie par les différentes crises.

Au terme des échanges, les deux parties se sont réjouit de cet entretien qui a su souligner les principales préoccupations des IMF de même que porter à la connaissance du secteur de la microfinance au Mali le cadre des interventions de la BAD dans ce secteur.


Sections Connexes

Contact