La Fondation Meles Zenawi consacre son symposium inaugural à l’État développementiste démocratique africain

20/08/2015
Share |


En collaboration avec la Banque africaine de développement (BAD) et le gouvernement rwandais, la Fondation Meles Zenawi tient ce vendredi 21 août, à Kigali au Rwanda, son symposium inaugural sur le thème de « L’État développementiste démocratique africain ».

Inspiré par la conviction du regretté Premier ministre éthiopien, selon laquelle l’État est tenu à un rôle de tout premier plan dans la création d’institutions redevables et dans l’animation d’un développement durable et rapide, le symposium vise à encourager un débat intellectuel rigoureux sur les enjeux du développement.

Le panel d’ouverture de la rencontre, dédié au thème de « L’État et la transformation de l’Afrique », réunira le Premier ministre Hailemariam Dessalegn d’Éthiopie, le Président Paul Kagame du Rwanda, le Vice-président Kwesi Amissah-Arthur du Ghana, et le Premier ministre Lionel Zinsou du Bénin. 

Le Premier ministre Meles Zenawi exprimait sa passion pour la transformation de l’Afrique en ces termes : « En dépit de l’homogénéité monstrueuse par laquelle nous avons accepté d’être liés en matière de politiques, il nous reste une certaine marge de manœuvre pour l’expérimentation politique et pour le respect d’une diversité conforme à nos situations respectives. Car l’ensemble de ces situations donne à penser que, bien que nous ayons tous les mêmes objectifs et que nos politiques ont inévitablement des points communs, ce qui nous incombe avant tout, c’est de trouver un éventail d’options différentes qui nous conduiront là où nous souhaitons aller ». 

Le symposium se penchera également sur le débat fondamental entourant la contradiction, telle que perçue, entre l’État développementiste et la démocratie. Rendant hommage à feu le Premier ministre Meles Zanami à l’occasion du Forum Tana de haut niveau sur la sécurité, le président Kagame a contesté une telle perception : « La question à l’effet de savoir si l’accent mis sur le développement et sur le rôle de l’État dans le développement ne contrarierait pas la démocratie et les droits de la citoyenneté a été soulevée », a-t-il déclaré. « Pour ceux qui se rallient à l’approche de Meles face au développement, aucune contradiction ne peut exister entre ces deux considérations. En fait, ils se renforcent l’un l’autre. Car le développement socioéconomique durable donne lieu à davantage de démocratie, tandis que les droits politiques s’exercent et sont appréciés le mieux dans un climat de prospérité croissante et d’amélioration de la qualité de vie ».

Le président de la Banque africaine de développement, Donald Kaberuka, a déclaré qu’en dépit de la croissance économique du continent, tous ses habitants n’en ont pas profité. « Bien que la croissance économique enregistrée en Afrique ait été phénoménale, elle ne s’est pas traduite par une prospérité partagée et par de meilleurs moyens d’existence pour la majeure partie de la population. Pour devenir socialement et politiquement durable, la croissance doit être inclusive », a dit M. Kaberuka récemment.

En revanche, selon la BAD, des économies comme celles du Rwanda, de l’Ile Maurice et de l’Éthiopie, qui reposent sur des investissements, sur une forte demande intérieure et sur des politiques solides, sont parvenues à un état de croissance durable. 

Quelques 200 participants sont attendus à ce symposium, qui se penchera sur de nouvelles idées pour réaliser la transformation de l’Afrique.

Des chefs d’État et de gouvernement, de hauts représentants de pays d’Afrique, d’institutions de développement, d’agences multilatérales et d’instances de commerce régionales, ainsi que des délégués d’organisations de la société civile, y assisteront.

Outre le panel d’ouverture, les participants se réuniront au sein de deux autres panels dédiés autour des thèmes « L’État développementiste dans un monde globalisé » et « Développement, participation et structures institutionnelles ».

Les délibérations du symposium seront communiquées à l’Union africaine, et l’on s’attend à ce que les propositions qui s’en dégageront soient intégrées dans l’Agenda 2063, la principale stratégie de développement de l’UA.

L’idée du symposium est venue de la BAD et de la Fondation Meles Zenawi. Elles l’ont perçu comme une plateforme de délibération soutenue et d’analyse approfondie des questions de développement orientée vers l’évolution des politiques.

Information complémentaire

–  La séance inaugurale sera diffusée en direct par Rwanda TV et Radio Rwanda. Les vidéos du symposium seront postées sur le compte YouTube du gouvernement rwandais (www.youtube.com/rwandagov).

–  Des mises à jour de la manifestation seront données dans les comptes Twitter du Groupe de la Banque africaine de développement (https://twitter.com/AfDB_Group), du gouvernement du Rwanda (www.twitter.com/rwandagov), et du Bureau du Président (www.twitter.com/urugwirovillage).

Pour tous renseignements, contacter :

  • Joyce Mulama, Responsable de la communication, BAD. Tél. : +250 784406324, e-mail : j.mulama@afdb.org
  • Jean Christophe Nsanzimana, du Bureau du porte-parole gouvernemental Tél. : +250 783 687 879, e-mail : jcnsanzimana@ogs.gov.rw, ou Ruzindana Rugasaguhunga, du Bureau du porte-parole gouvernemental Tél. : +250 788 665 620, e-mail : rrugasa@ogs.gov.rw
  • Fekad Kiros, Meles Zenawi Foundation. Tél. : +250 786478269, e-mail : info@mzf.net.et