Le ministre Wade à la BAD : «Avec l’appui de la BAD, le Sénégal est en train de rattraper son retard en matière d’infrastructures »

22/04/2010
Share |

presi BAD-Sénégal

Le Groupe de la Banque africaine de développement (BAD) a reçu, mardi 20 avril 2010 à Tunis, le ministre sénégalais de la coopération internationale, de l’aménagement du territoire, des transports aériens et des infrastructures, Karim Wade. Lors de son entrevue avec le président du Groupe de la BAD, Donald Kaberuka, M. Wade a évoqué l’excellence de la coopération entre la BAD et son pays. Les entretiens qui se  sont déroulés en présence de l’ambassadeur du Sénégal en Tunisie, Chérif Oumar Diagne, ont aussi porté sur les projets  que la Banque finance au Sénégal. S’agissant des projets d’infrastructure, le ministre a indiqué que « la Banque participe aux plus importants projets d’infrastructure en cours de réalisation dans mon pays, notamment l’aéroport, le port, l’autoroute à péage et un certain nombre de projets dans le secteur de l’énergie ».

Pour son pays qui a su tirer parti de l’aide pour l’infrastructure, avec plusieurs grands projets et programmes axés sur le développement du secteur, l’impératif est  de consolider les acquis et de promouvoir le secteur.

Cependant, note le ministre sénégalais, on ne peut imaginer Dakar avec le développement des infrastructures, devenir par exemple le premier port de la sous-région, aussi bien en termes d’efficacité, d’équipements et de volumes d’opérations, sans la profusion de main-d’œuvre. En effet, la mise en œuvre de ces grands projets d’infrastructure permettra au Sénégal, de mener efficacement la lutte contre la pauvreté, car, leur impact sur les populations sénégalaises est indéniable, surtout que les infrastructures sont à la base de l’intégration nationale et régionale, notamment quand on observe le rythme d’évolution économique et démographique du Sénégal.  Cet avis est partagé par l’administrateur de la BAD pour ce pays, Frédéric Korsaga, qui assistait à l’entretien et qui a rappelé que : «Tous ces projets donneront un véritable coup d’accélérateur à l’économie sénégalaise».

Pour sa part, s’exprimant lors de l’entrevue avec le ministre Wade, le président du Groupe de la BAD, Donald Kaberuka a rappelé que les infrastructures constituent un pilier de la stratégie à moyen terme de la BAD, et à ce titre,  il «encourage le Sénégal tout comme les autres pays africains à s’investir davantage dans le secteur ». «La BAD accompagnera le Sénégal dans sa quête pour la consolidation de ses acquis et pour la promotion de son développement», a-t-il souligné.  Du côté de la BAD, on notait la présence de MM. Modibo Touré, directeur de Cabinet et Chief of Staff et Tim Turner, directeur du département du secteur privé, et Franck Perrault, directeur département des opérations.

Depuis le début de sa coopération avec le Sénégal en octobre 1972, le Groupe de la Banque a financé, hors projets multinationaux, 90 opérations pour des engagements nets représentant un montant global de 688,3 millions d’UC (environ 507 milliards de FCFA). Ce montant a été octroyé majoritairement sous forme de prêts (97,1% contre 2,9% de dons).

Au titre de la visibilité de la Banque au Sénégal, celle-ci, note-t-on, a été renforcée avec l’opérationnalisation des activités du bureau de la BAD dans ce pays. Elle a rendu possible, un dialogue de proximité qui a produit des effets au niveau de la mise en œuvre des projets. «Nous menons d’intenses activités de communication, pour renforcer la visibilité de la BAD sur le terrain, et je crois qu’il est important que le président Donald Kaberuka vienne participer, non seulement au lancement, mais aussi à la réception de la  première phase du terminal à conteneurs du port de Dakar », a conclu le ministre Karim Wade.