Maroc : programme d’appui au développement du secteur financier

10/12/2009
Share |

Tunis, le 9 décembre 2009 -  Le Conseil d’administration de la Banque africaine de développement (BAD) a approuvé à Tunis, le 9 décembre 2009, un prêt de 162 millions d’euros destiné à financer un programme d’appui au développement du secteur financier (PADESFI) du Maroc.

Le programme permettra l’amélioration de l’accès de la population et  des entreprises aux services financiers. Il approfondira le marché des capitaux par la mise en place d’un cadre règlementaire de marché à terme d’instruments financiers. Il favorisera également l’amélioration de la gouvernance du secteur financier par le renforcement du dispositif de contrôle du marché des capitaux et du secteur des assurances.

La mise en œuvre de ce programme de réformes de seconde génération devra permettre de faire du Maroc, une place financière de classe internationale dotée d’institutions de gouvernance crédibles et sur laquelle circulent des instruments financiers appropriés

Le PADESFI est conforme aux orientations de la revue à mi-parcours de la stratégie pays 2009-2011, qui mettent l’accent sur le renforcement du système de gouvernance et la mise à niveau des infrastructures économiques et de l’entreprise. En soutenant les efforts du gouvernement dans ces domaines, la Banque favorisera l’amélioration du climat des affaires, contribuant ainsi à la création d’un environnement plus propice au développement des activités du secteur privé et au renforcement de la compétitivité des entreprises.

Le bénéficiaire final du programme est la population marocaine dans son ensemble. Elle en retirera des gains de niveau de vie quand les conditions auront été créées pour une croissance économique durable.

Les autres bénéficiaires sont le secteur privé et le secteur parapublic, dont l’accès au financement sera facilité grâce à la disponibilité des ressources longues sur le marché financier et grâce à l’amélioration de l’efficacité du système national de garantie ainsi qu’à la mise en place d’un fonds public-privé d’investissement.