Mozambique Projet électricité II

08/02/2007
Share |

Mozambique Projet électricité II

Objectifs du projet

Les objectifs sectoriels consistaient à fournir aux communautés une énergie en quantité suffisante, à moindre coût ; à promouvoir une utilisation rationnelle de l’énergie par les consommateurs afin de préserver les ressources énergétiques limitées et ; à renforcer les capacités du secteur. Les objectifs du projet Électricité II étaient de (i) d’assurer une fourniture d’énergie électrique fiable et à moindre coût aux nouveaux centres ruraux afin d’améliorer la qualité de la vie de la population et ; (ii) d’améliorer la qualité et la fiabilité de la fournitures des centres d’approvisionnement existants de façon à stimuler leurs activités économiques.Le coût total du projet, d’un montant estimé à 19,68 millions d’UC à l’évaluation, a été financé conjointement sur les ressources du FAD et d’EdM. Il n’y a pas eu de cofinancement. Le FAD devait couvrir l’intégralité du coût du projet en devise, à hauteur de 16,64 millions d’UC (84,6 %) et EdM, le coût en monnaie locale, de l’ordre de 3,04 millions d’UC. L’emprunteur était le GoM, et le prêt a été rétrocédé à EdM, bénéficiaire et organe d’exécution, aux termes et conditions spécifiés dans l’accord de prêt.

Principales constatations

Globalement, le projet a été couronné de succès et contribue au développement socioéconomique des zones rurales du Sud du Mozambique. Le projet Électricité II offre plusieurs cas de bonnes pratiques, quoiqu’il ait enregistré une performance moins que satisfaisante dans un nombre de domaines spécifiques.

Des retards significatifs ont été accusés dans l’exécution du projet. Si une catastrophe naturelle participe des causes, il existe également d’autres raisons, notamment: (a) le personnel de la cellule d’exécution de l’organe d’exécution du projet ne s’était pas entièrement familiarisé avec toutes les procédures de la Banque avant le démarrage du projet ; (b) La cellule d’exécution de l’organe d’exécution du projet ne disposait pas de capacités suffisantes pour mettre en oeuvre simultanément un nombre de projets similaires ; (c) Le calendrier d’exécution a probablement été trop optimiste quand on sait que le Mozambique est un État fragile qui sortait d’une longue période de guerre et d’instabilité. Les insuffisances de capacités pour mettre en oeuvre un nombre de projets similaires financés par des multiples donateurs, conjuguées à la grave inondation intervenue dans le pays, ne pouvaient que rendre les retards inévitables ; (d) Une suspension temporaire des travaux de construction a été observée du fait de l’utilisation de techniques de construction nocives pour l’environnement.

Il convient de reconnaître que les projets économiquement viables n’enregistrent pas nécessairement un taux élevé de rentabilité financière pour le promoteur ou l’entreprise de services publics. Le projet a eu d’importantes retombées secondaires qui ne peuvent être facilement mises en évidence par une analyse socioéconomique.

Vu le nombre de nouveaux abonnements lié à l’extension du réseau électrique national, et le fait qu’il n’existe pas de plans immédiats destinés à accroître la capacité de production, il y a de fortes chances que le pays connaisse une pénurie d’électricité à terme. Dans ces conditions, il est peu sage d’entreprendre des projets d’électrification rurale à grande échelle sans établir des plans spécifiques pour faire face à la croissance de la demande.

Principaux enseignements

La viabilité financière des projets de services publics dans les zones rurales où les résidents locaux ne sont pas en mesure de payer le plein tarif commercial (tarif de coût marginal à long terme) peut être améliorée si les principes suivants sont observés: (a) les services couvrent au moins le coût marginal à court terme et ne devront pas être offerts complètement à perte ou à titre gracieux ; (b) L’emprunteur fait un montage financier approprié en vue d’indemniser la compagnie de services publics pour les services sociaux qu’elle fournit dans les zones où le plein recouvrement des coûts n’est pas possible ; (c) La capacité de fourniture/production d’électricité suit l’évolution de la croissance à long terme de la demande combinée de tous les projets d’électricité ; (d) Le développement institutionnel demeure une composante intégrale du projet ; (e) Les conditions de prêts spécifient la productivité à la fois en termes de coût et d’effectif du personnel.

Les projets d’électrification rurale ont des retombées secondaires significatives et présentent des opportunités qu’on devrait examiner et promouvoir dans le cadre du processus d’évaluation du projet. Il s’agit notamment de ce qui suit: (a) Partenariat public-privé pour l’extension de la ligne et le branchement de nouveaux abonnés au réseau ; (b) Impacts positifs sur les tendances d’installation dans les agglomérations rurales et l’utilisation des terres.

Les conséquences environnementales négatives peuvent être réduites au minimum ou évitées entièrement si on associe un environnementaliste aux processus d’évaluation et de suivi, même s’il n’existe pas de questions sensibles évidentes en matière d’environnement au moment de la classification.