L’enseignement multigrade en Afrique et dans les autres régions

24/03/2010
Share |

Le Groupe de travail sur la profession enseignante de l’ADEA, le Secrétariat du Commonwealth et le Centre pour l’enseignement multigrade (CMT) de la Cape Peninsula University for Technology (CPUT) organisent, cette semaine, une conférence sur l’enseignement multigrade. La réunion aura lieu du 22 au 24 mars 2010, sur le campus de la Cape Peninsula University for Technology (CPUT), à Wellington, en Afrique du Sud.

A travers l’histoire de l’éducation, de nombreux enseignants se sont trouvés dans la situation de devoir enseigner à des groupes d’âges différents dans une même classe. L’enseignement multigrade est souvent mis en place par nécessité, pour faire face au manque d’enseignants, maximiser l’utilisation des ressources ou remédier à l’absentéisme des enseignants, aggravé par l’impact de la pandémie du VIH/SIDA.

Dans certains cas, l’enseignement multigrade est pratiqué de manière efficace. Souvent cependant, il souffre du manque de matériels d’apprentissage et de l’absence de formation adéquate pour les enseignants qui le pratiquent. Conscients de cette situation, le Groupe de travail de l’ADEA sur la profession enseignante (GTPE) et ses partenaires ont exploré les politiques et pratiques d’enseignement multigrade, ainsi que les programmes et les ressources à la disposition des enseignants. La conférence de Wellington sera une occasion d’échanger sur les leçons apprises et de présenter les meilleures pratiques observées en Afrique (Afrique du Sud, Botswana, Namibie, Zambie) et dans d’autres régions du monde (Australie, Colombie, Grèce, Inde, Iran, Samoa and Sri Lanka). La conférence produira un cadre de politique pour l’enseignement multigrade et une stratégie de mise en œuvre qui seront soumis aux gouvernements et ministères de l’éducation d’Afrique, d’Asie, des pays du pacifique et d’Amérique du Sud.


Sections Connexes