Les banques multilatérales de développement conviennent de renforcer le financement de la lutte contre le changement climatique, avant le sommet de l’ONU

12/09/2014
Share |

La BAD est résolue à financer un développement de l’Afrique à l’épreuve du changement climatique et à faible émission de carbone.

Abidjan, Côte d’Ivoire – Le jeudi 11 septembre, les six principales banques multilatérales de développement du monde ont réaffirmé leur volonté commune de donner l’exemple en continuant à renforcer et à développer le financement de la lutte contre le changement climatique. Et ce par le biais d’une déclaration commune publiée en prévision du Sommet sur le climat qui se tiendra à New York le 23 septembre prochain, à l’appel du Secrétaire général des Nations Unies.

La Banque africaine de développement (BAD), la Banque asiatique de développement (AsDB), la Banque européenne pour la reconstruction et le développement (BERD), la Banque européenne d’investissement (BEI), la Banque interaméricaine de développement (BID) et le Groupe de la Banque mondiale (GBM) se sont collectivement engagés à maintenir l’attention de leurs institutions respectives sur le changement climatique. Il s’agira notamment de stimuler davantage les investissements du secteur privé ; et de continuer à innover et à promouvoir des méthodes plus solides et plus transparentes en matière de suivi et de déclaration du financement de la lutte contre le changement climatique.

La BAD s’est engagée à investir 10 milliards de dollars US dans le cadre de son Plan d’action sur le changement climatique couvrant la période 2011-2015. Le montant des investissements de la Banque contre le changement climatique s’est élevé à 5 milliards de dollars US entre 2011 et 2013 ; la Banque est donc en bonne voie de remplir son engagement.

Depuis qu’elles ont commencé en 2011 à faire conjointement le suivi des flux de financement pour la lutte contre le changement climatique, les six banques multilatérales de développement ont accordé des fonds à concurrence de près de 75 milliards de dollars US pour aider les pays en développement et les économies émergentes à relever les défis du changement climatique. En moyenne, 80 % de ces prêts ont servi à soutenir les investissements dans les activités ayant trait à l’atténuation, et 20 % ont servi à l’adaptation.

De plus, la déclaration confirme que les banques multilatérales de développement ont l’intention de comptabiliser et de faire le suivi des investissements de financement de la lutte contre le changement climatique, de la même façon. Cela devrait permettre une meilleure coopération et une plus large mise en commun des expériences entre les banques et les autres organismes financiers jouant un rôle dans les mesures à prendre contre le changement climatique.

Grâce à leurs capacités à catalyser les fonds publics et privés, les banques multilatérales de développement ont réussi à attirer et à déployer des financements pour la lutte contre le changement climatique, en vue de soutenir une croissance à l’épreuve du changement climatique et à faible émission de carbone, dans les pays en développement et les économies émergentes.

_________

Contacts à la BAD :

Contact technique : Uzoamaka Nwamarah, spécialiste en changement climatique, Département de l’énergie, de l’environnement et du changement climatique, u.nwamarah@afdb.org.

Contact médias : Pénélope Pontet de Fouquières, spécialiste en communications, Département de l’énergie, de l’environnement et du changement climatique, p.pontetdefouquieres@afdb.org.