Les institutions multilatérales se dirigent vers un plan d’action sur les investissements directs étrangers relatifs au foncier en Afrique – Forum de Nairobi

06/10/2011
Share |

Le vice-président de la Banque africaine de développement  chargé des Opérations sectorielles, Kamal Elkeshen, conduit une importante délégation du Groupe de la Banque  au forum international  de haut niveau sur les investissements directs étrangers relatifs au foncier en Afrique. La rencontre s’est ouverte le 4 octobre à Nairobi en présence de plusieurs personnalités éminentes parmi lesquelles l’ancien chef d’état du Botswana, Festus Mogae, également le président du Conseil de la Coalition pour le dialogue sur l’Afrique et Naa John Sebayem Nabila, président du Conseil national des chefs traditionnels du Ghana.

Organisé conjointement par la BAD, la Commission de l’Union africaine  et la Commission des Nations Unies pour l’Afrique, avec le soutien de la Coalition pour le dialogue sur l’Afrique, le forum de deux jours a entamé, peu après la cérémonie d’ouverture, ses sessions thématiques.

Les représentants des états, des institutions internationales, de la société civile et les éminents universitaires qui prennent part à ces sessions, vont procéder à un état des lieux du processus d’acquisition des terres agricoles africaines par les investisseurs étrangers, examiner les aspects juridiques de ces acquisitions et faire le lien entre celles-ci et les ressources en eau.

Un panel de haut niveau a été animé par le Président  Festus Mogae,  Kamal Elkeshen de la BAD, des ministres africains en charge de l’agriculture ou des réformes foncières ainsi que plusieurs autres éminents orateurs.

Le forum propose, à l’issue des discussions en sessions thématiques et en plénières, un «Plan d’actions de Nairobi sur les investissements dans le foncier en Afrique».  Il vise à permettre de développer une perspective africaine sur les investissements directs  étrangers relatifs au foncier et à mutualiser les informations et les expériences dans ce domaine. Le forum va également permettre de proposer des interventions concrètes dans le cadre de la mise en œuvre de la déclaration de l’Union africaine sur les problèmes et enjeux fonciers en Afrique.

Selon une étude conjointement menée par l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture, l’Institut international pour  l’environnement et le développement  et le Fonds international de développement, depuis 2004, les acquisitions confirmées de terres agricoles africaines représentent près de 2,5 millions d’hectares repartis dans cinq pays du continent.

Prenant la mesure de ce phénomène en plein essor, la Banque africaine de développement, la Commission de l’Union africaine, la Commission des Nations Unies pour l’Afrique et la Coalition pour le dialogue sur l’Afrique  ont déjà organisé en juin dernier, en marge des Assemblées annuelles de la BAD à Lisbonne,  un forum politique sur les investissements directs étrangers dans le foncier en Afrique.

Les trois institutions ont également lancé une initiative commune connue sous le nom de «Land Policy Initiative» qui vise notamment à mobiliser la volonté politique des gouvernements africains, à renforcer le partenariat entre acteurs et à accroître l’engagement et le soutien des donateurs en matière de formulation et de mise œuvre des politiques foncières.

S’exprimant à l’ouverture du forum, le directeur par intérim du Département de l’agriculture et de l’agro-industrie de la Banque africaine de développement, Abdirahman Beileh, a assuré mardi les participants du « ferme engagement de la BAD à accompagner les pays africains dans question des investissements directs étrangers dans le foncier».