Nouvelle politique de la Bad d’assistance aux pays sortant d’un conflit : La Bad efface 35 % des arriérés du Burundi

27/10/2004
Share |

Le don de 8 millions d’unités de compte (11,8 millions de dollars EU) que le Groupe de la Bad a approuvé aujourd’hui permettra au Fad de reprendre immédiatement ses opérations de prêt en faveur du pays. Cette intervention s’inscrit dans le cadre de la nouvelle politique du Groupe de la Bad d’assistance aux pays sortant d’un conflit, adoptée le 19 juillet 2004.

Le Burundi a rempli les conditions requises pour bénéficier d’un programme d’apurement des arriérés dans le cadre de la nouvelle politique générale de règlement des arriérés des pays sortant d’un conflit (PCC) envers le Groupe de la Banque. Premièrement, le Burundi remplit les cinq critères pour être désigné comme pays sortant d’un conflit (voir encadré). Il a particulièrement fait d’énormes progrès dans le rétablissement de la paix, l’amélioration de sa gouvernance, la relance de l’économie ainsi que dans la promotion de la réinstallation des populations déplacées, du désarmement et de la réinsertion. Le Burundi a été également classé PCC par le Fonds monétaire international et la Banque mondiale.

Il a assuré le paiement de toutes les nouvelles échéances envers le Groupe de la Banque, le FMI et la Banque mondiale, démontrant ainsi qu’il assure le service de sa dette de manière non discriminatoire. En outre, les prévisions montrent que le service de la dette après l’apurement des arriérés du pays sera soutenable. Enfin, le Burundi a tout mis en oeuvre pour payer sa part sur les arriérés du Groupe de la Banque et a réussi à collaborer avec la Banque pour mobiliser des ressources suffisantes auprès des donateurs en vue de boucler le plan de financement du programme de règlement des arriérés.

Le cadre de règlement des arriérés des PCC exige le partage en trois des coûts de financement entre le pays, les donateurs et le Groupe de la Banque. Les arriérés du Burundi vis-à-vis du Groupe de la Banque se chiffraient à 22,6 millions d’UC (33,2 millions de $ EU) à la fin de 2003. La participation du Fad à l’effacement de ces arriérés représente 35 % de la somme totale, le Burundi ayant contribué à hauteur de 30 % et le reste des donateurs 35 %.

Les 5 critères qualifiant un pays

pour l’assistance post conflit de la Bad

a) le niveau de paix observé dans le pays ;

b) les efforts consentis pour établir des mécanismes de bonne gouvernance, y compris des systèmes juridiques et judiciaires fiables ;

c) le retour aux activités économiques normales ;

d) les progrès réalisés dans les domaines de la réinstallation des populations, du désarmement et de la réintégration ;

e) la position et l’opinion des institutions internationales, en particulier celles des institutions de Bretton Woods.

Media contact:

Chawki Chahed

+216 71 10 27 02

c.chahed@afdb.org


Sections Connexes