Le nouveau dynamisme africain salué par Donald Kaberuka lors d'une rencontre avec la presse

30/05/2012
Share |

Le président Donald Kaberuka a reçu  à déjeuner, mardi à Arusha, l'ensemble des médias présents aux Assemblées annuelles.

Lors de cet événement traditionnel des plus importantes réunions de l'institution, M. Kaberuka a abordé avec ses hôtes, un large panorama de sujets d'actualités. C'est ainsi que dans son propos liminaire, le président a souligné les motifs de satisfaction que peut avoir l'Afrique dans une période de crise et d'incertitude sous d'autres latitudes, notamment dans la zone Euro. Le continent fait,  dans ce contexte, montre d'un nouveau dynamisme.

Il a par ailleurs souligné que la  tenue en Tanzanie des Assises de la BAD est un symbole en soi, dans la mesure où le pays est l'un des plus grands bénéficiaires des financements du FAD. A la clé 2 milliards d’unités de compte. Il n’a pas ainsi manqué de souligner les importantes réalisations en infrastructures qui  sont à mettre a l'actif de la BAD. Les questions des journalistes sont allées de l'éventualité du retour au pays hôte, la Cote d'Ivoire,  en passant par la réalité de la réalisation des grands projets intégrateurs comme Inga. Les progrès sur les réalisations en ce qui les concerne n'ont pas d'obstacles techniques, mais relèvent de la volonté politique. Sur la question du retour de la BAD en Côte d’Ivoire, M. Kaberuka a donné rendez-vous aux journalistes après la décision des gouverneurs dans l'après-midi. Les points chauds tels que la Guinée-Bissau et le Mali ont été abordés et le président tout indiquant que la BAD qui ne fait pas de politique, n'en est pas moins en phase avec les décisions de coercition prises par les instances sous-régionale et régionale, tel que la CEDEAO et l'Union africaine, Il a aussi déploré que de grands projets qui avaient le profil de référence puissent enregistrer des défections au niveau des investisseurs. Le cas du projet partenariat public privé PPP sucrier de Markala au Mali a été cité. En outre, l'appui juridique que la Banque apporte aux Etats, en ce qui concerne les Fonds vautours et différentes négociations de transactions a été abordé. Un point a également été fait sur la coopération avec l'Afrique du Nord ainsi  que l'Etat des lieux de la Zone de l'Afrique de l'est qui a eu pendant la dernière décennie des indicateurs au vert avec un bémol, la tension inflationniste liée à des chocs aussi bien endogènes qu'exogènes.