Lancement officiel du projet d’accès à l’eau potable en milieu rural en Tunisie

16/12/2011
Share |


Le gouvernement tunisien et la Banque africaine de développement ont officiellement lancé, le 14 décembre, le programme national d’alimentation en eau potable en milieu rural en Tunisie. L’accord de financement, de 183 millions de dinars tunisiens (95 millions d’euros) a été signé à Tunis, le 19 octobre 2011. Ce programme vise à soutenir la stratégie d’accès à l’eau potable dans les zones rurales, une des priorités de la Tunisie. Des représentants de la Direction générale du génie rural et de l’exploitation des eaux, ainsi que des Commissariats régionaux de développement agricole, étaient présents à la cérémonie.   

«Il s’agit d’un projet très attendu, car le problème d’accès à l’eau potable est un fléau que nous voulons régler urgemment», a affirmé Saad Seddik, directeur général du Génie rural et de l’exploitation des eaux.  «Nous nous réjouissons du soutien de la Banque. »

Plus de 350 000 habitants devraient ainsi avoir accès à l’eau potable en 2016, date d’achèvement du programme. Le programme permettra d’augmenter le taux de desserte, le faisant passer à 98 pour cent, conformément aux objectifs du XIIe plan de développement économique et social de la Tunisie. Il profitera aux populations rurales les plus déshéritées de 20 gouvernorats (préfectures).

«Ce programme est la consécration de notre stratégie commune pour le développement des infrastructures d’eau potable en milieu rural» a déclaré Mme Monia Moumni, ingénieure en chef au département Eau et assainissement de la Banque. « Il vient à point répondre aux aspirations des populations rurales en matière d’amélioration de leurs conditions de vie, de création d’emplois, de réduction des inégalités et de développement régional.»  

Le lancement a permis à 70 intervenants des agences tunisiennes de mise en œuvre du programme au niveau national, régional et local, de rencontrer le personnel de la Banque pour discuter des objectifs du programme, de sa mise en œuvre et des modalités de son financement.  

Les principales composantes du programme sont :

  • la réalisation de nouveaux systèmes d’alimentation en eau potable : aménagement et équipement de points d’eau ;
  • l’amélioration des conditions de desserte autour des axes de transfert : réalisation de programmes d’alimentation en eau potable autour des axes de transfert de la Société nationale d'exploitation et de distribution des eaux de Bizerte, Jendouba et de Kairouan.
  • la réhabilitation des systèmes classiques d’exploitation : remise en état d’anciens systèmes d’alimentation en eau potable par l’amélioration de la qualité de l’eau, la normalisation des équipements de pompage et de régulation, l’intensification des points de desserte et la remise en état des ouvrages de génie civil ;
  • la réhabilitation des systèmes complexes à transférer à  la Société nationale d'exploitation et de distribution des eaux : réalisation de travaux de systèmes d’alimentation en eau potable dont la gestion dépasse les capacités des structures de gestion des systèmes d’alimentation en eau potable rurale, et qui doivent être transférées à la Société nationale d’exploitation et de distribution des eaux ;
  • un appui institutionnel: appui technique aux organismes en charge de la gestion, de l’exécution et de l’exploitation du projet.

Une des participantes représentant le Commissariat de Sousse, Mme Kalthoum Guez Guez, a tenu à souligner l’extrême nécessité de faire avancer les projets d’accès à l’eau potable. Ces systèmes sont critiques pour améliorer la qualité de vie des citoyens de Sousse. Son commentaire qui faisait écho à ceux de ses collègues de toutes les régions représentées.

Voir le communiqué de presse sur la signature de l’Accord de financement, 19 octobre 2011.

La BAD soutient la transition économique et sociale tunisienne

Depuis janvier 2011, la BAD a financé plusieurs opérations pour aider la Tunisie à réussir sa transition économique et sociale. Un programme d’appui à la gouvernance et au développement inclusif, d’un montant de 500 millions de dollars EU a été financé, en mai 2011 par la BAD. Ce programme a été précédé par l’octroi, en mars 2011, d’un don d’un million de dollars EU à titre d’aide d’urgence visant à aider les personnes déplacées et les réfugiés à la frontière tuniso-libyenne. Cette opération a été suivie en juin, par un don de 700 000 dollars EU de la Facilité africaine de soutien juridique, logée à la BAD, au  comité tunisien chargé du recouvrement des avoirs détournés par l’ancien régime. La BAD a, en outre, octroyé en juin et juillet 2011, deux montants de 185,45 millions de dollars et 50 millions de dollars EU, respectivement  pour la réalisation de l’autoroute Médenine Ras Jedir et le financement d’une ligne de crédit aux petites et moyennes entreprises. Enfin, en juillet 2011, la BAD a pris une participation de 20 millions d’euros dans le fonds d’investissement Maghreb Private Equity Fund III (Tuninvest Finance Group), pour soutenir les investissements dans le secteur privé au Maghreb.