Campagne panafricaine d’éradication de la mouche tsé-tsé et de la trypanosomiase

06/10/2006
Share |

La première réunion des coordinateurs nationaux de la Campagne panafricaine d’éradication de la mouche tsé-tsé et de la trypanosomiase (PATTEC, en anglais) s’est tenue dans les locaux du nouveau centre de conférences de la Commission de l’Union africaine à Addis-Abeba du 27 au 29 septembre 2006.

Organisée par le département de l’économie rurale et de l’agriculture de la Commission de l’UA, cette rencontre avait pour objet d’échanger des points de vue sur des questions de politiques relevant du PATTEC comme sur les expériences opérationnelles acquises dans la mise en œuvre du programme que la Banque soutient.

Dans son discours d’ouverture, en tant qu’invité d’honneur, le représentant résident du Groupe de la Banque africaine de développement en Ethiopie, M. Pierre T. Seya, a souligné l’engagement de la Banque pour l’éradication de la trypanosomiase en Afrique, avant de lancer un appel aux coordinateurs nationaux du projet afin qu’ils fournissent le meilleur d’eux-mêmes en vue d’éradiquer cette maladie.

Quelque 28 participants, venus des agences d’exécution des six pays couverts par ce programme, ont pris part à cette réunion.

La trypanosomiase est une maladie grave qui affecte les hommes, le bétail et la faune sauvage en Afrique. Les premières tentatives de lutte contre cette affection et son vecteur, la mouche tsé-tsé, datent du début du siècle dernier.

Ses conséquences socio-économiques sont graves, car les pertes qu’elle inflige rien qu’en termes de bétail et de productivité agricole s’élèvent aujourd’hui, selon les estimations, à 1,3 milliards de dollars EU chaque année. Malgré les efforts et les investissements énormes que les pays affectés et les donateurs ont consacré à ce fléau, il resurgit aujourd’hui et son incident croissante a des effets dévastateurs dus à la ré-infestation par la mouche tsé-tsé qui a suivi l’abandon des mesures de contrôle que les contraintes budgétaires, les catastrophes naturelles et les conflits ont entraîné. Cette situation est exacerbée par la résistance aux traitements et la baisse de leur approvisionnement.

Le Groupe de la Bad a financé en 2004 à hauteur de 60 millions de $ un projet visant à l’éradication une fois pour toutes sur l’ensemble du continent de la mouche tsé-tsé et de la trypanosomiase, la Campagne panafricaine d’éradication de la mouche tsé-tsé et de la trypanosomiase, coordonnée par l’Union africaine.

L’évaluation du projet a été effectuée conjointement par les représentants des six pays participants, c’est-à-dire l’Éthiopie, le Kenya, l’Ouganda, le Mali, le Burkina Faso et le Ghana, auxquels s’ajoutent la PATTEC et le Groupe de la Banque. Le projet, dans sa conception, s’inscrit dans les stratégies nationales d’éradication de la mouche tsé-tsé, et figure aux premiers rangs des activités prioritaires de développement des documents de stratégie-pays de chacun de ces États.

L’objectif sectoriel du projet est de contribuer à la réduction de la pauvreté et à l’amélioration de la sécurité alimentaire dans les six pays. L’objectif du projet est de créer dans les six pays des zones durablement exemptes de la mouche tsé-tsé et de la trypanosomiase, dans le cadre de la stratégie d’éradication de la T & T en Afrique subsaharienne, en intégrant les techniques de réduction de l’infestation, de lutte et d’éradication tout en faisant en sorte d’assurer de manière équitable et durable la mise en valeur économique des zones reconquises sur le fléau.


Contact

Chawki Chahed Téléphone: +216 71 10 27 02