Un partenariat pour remédier aux problèmes d’infrastructures en Afrique

28/05/2016
Share |

Mercredi 25 mai 2016, lors d’un point de presse donné en marge des Assemblées annuelles de la Banque africaine de développement (BAD) à Lusaka, en Zambie, trois multinationales ont annoncé s’associer pour aider l’Afrique à remédier à ses problèmes d’infrastructures en investissant dans des projets de prises de participation.

General Electric, Mara Group et Atlas Merchant Capital investiront dans des projets d’infrastructures, dans l’énergie et le ferroviaire notamment, afin de stimuler le potentiel économique du continent. Car bâtir les infrastructures adéquates est indispensable au développement et à l’intégration économique du continent, comme l’a souligné le président de GE pour l’Afrique, Jay Ireland. Lequel a expliqué que son entreprise avait engagé 2 milliards de dollars EU dans divers programmes d’investissement il y a trois ans, et qu’elle entend aider effectivement à remédier aux lacunes en matière d’infrastructures.

Jay Ireland a précisé que le partenariat établi avec Mara Group et Atlas Merchant Capital décuplera les efforts déployés pour améliorer le transport ferroviaire et l’accès à l’électricité, grâce à des projets énergétiques fiables et à des projets hydrauliques et d’assainissement.

« Nous voulons nous consacrer au développement des infrastructures sous-développées en Afrique dans le cadre de projets de prise de participations », a-t-il indiqué, ajoutant que les pays africains ne sauraient devenir des économies à revenu intermédiaire sans infrastructures.

Ashish Thakkar, le jeune patron fondateur de Mara, cosignataire de ce partenariat, en est convaincu : cette initiative aura un impact positif sur le continent, aujourd’hui aux prises avec des problèmes d’infrastructures.

« Les investissements dans la production d’électricité, par exemple, auront un impact direct en s’attaquant au problème des 50 milliards de dollars de financements qui manquent pour le financement de l’énergie », a-t-il expliqué.

De son point-de-vue,  conclure des partenariats entre acteurs clés est indispensable pour répondre aux besoins en infrastructures du continent.