Plans du Niger et du Mozambique pour la résilience climatique soutenue par les FIC

23/07/2012
Share |

Les Fonds d'investissement climatique (CIF) ont approuvé des projets au Niger et au Mozambique pour renforcer la résistance de leurs populations au changement climatique en améliorant les méthodes hydrométéorologiques et la communication au Niger ainsi que des chaînes d’approvisionnement agricole résistantes au climat au Mozambique.

Le projet du développement des données climatiques et des prévisions météorologiques du Niger qui recevra 13 millions de dollars du programme pilote des FIC pour résister aux changements climatiques (PPCR) s'emploiera à améliorer le système national d’observation du climat, la recherche et l’optimisation de la modélisation du climat, renforcer le système national d'alerte précoce, et élargir la communication sur les données climatiques pour les utilisateurs finaux. Des données hydrométéorologiques plus complètes et précises feront que le Niger pourra mieux comprendre le climat actuel et futur dans les huit régions du pays afin de prendre des mesures adaptées pour répondre aux vulnérabilités des populations spécifiques, notamment les communautés rurales qui dépendent de l'agriculture de subsistance.

Au cours des quarante dernières années, le Niger a connu sept épisodes de sécheresse dont les effets sur la production agro-pastorale, la sécurité alimentaire et vie socio-économique ont été dramatiques. Sans mesures d'adaptation solides aux changements climatiques, les communautés rurales qui dépendent des cultures pluviales continueront d'être fragilisées et n'auront pas d'autre alternative que de quitter les zones vulnérables.

Au Mozambique, les moyens de subsistance ruraux sont menacés par les inondations fréquentes, surtout dans la province sud de Gaza. Le projet Baixo Limpopo d'irrigation et de résistance aux chocs climatiques du Mozambique qui recevra 15,75 millions de dollars en financement du PPCR, vise à intensifier la production agricole et améliorer la vie des quelque 8.000 familles d'agriculteurs en introduisant de nouvelles semences résistantes aux changements climatiques, l’intempérisation des routes rurales et des systèmes d'irrigation, la localisation des installations de traitement de stockage et l’élargissement de l’accès aux marchés.

La Banque africaine de développement (BAfD) acheminera le financement du PPCR pour deux projets avec le co-financement de ses propres ressources. La Banque a fourni de l’assistance technique au Niger et au Mozambique à travers la conception et le développement de ces projets, et s'attend à les approuver et à commencer à les mettre en place d'ici fin 2012. Ces projets offrent des mesures qui pourraient être appliquées dans d'autres régions du continent, et les meilleures pratiques permettront à la Banque de concevoir des opérations futures en matière de résistance aux changements climatiques dans d'autres secteurs.