Générer des partenariats pour faire monter l’Afrique en puissance

27/09/2015
Share |

Du Premier ministre japonais Shinzo Abe en passant par le chanteur Bono, le président de la BAD Akinwumi Adesina a consacré la journée du samedi 26 septembre à nouer des partenariats avec différentes personnalités et à établir des alliances avec des nations.

" Pour que le géant de l'Afrique puisse se dresser, nous devons nous intégrer ", a dit Adesina. " Nous devons connecter l'Afrique à elle-même ainsi qu'au reste du monde ".

Adesina assistait aux travaux de la 70ème Assemblée des Nations Unies à New York, marquée cette année par l'adoption des nouveaux Objectifs de développement durable (ODD) visant à stimuler la croissance et à améliorer les niveaux de vie à travers le monde.

Au cours d'un entretien avec Abe, Adesina s'est félicité de la volonté du Japon d'appuyer la croissance en Afrique et l'a remercié de l'aide financière de 32 milliards de dollars EU que le gouvernement japonais a rendu disponible par le biais de la 5ème session de la Conférence internationale de Tokyo sur le développement de l'Afrique (TICAD V) en 2013. Il s'est également déclaré enchanté de la décision du Premier ministre de doubler le montant des prêts à l'Afrique dans le cadre du programme d'Assistance privée élargie à l'Afrique (EPSA), qui a été porté de 1 milliard à 2 milliards de dollars EU. " J'ai le plaisir de vous informer, Monsieur le Premier ministre, que le programme EPSA II est en bonne voie et que d'ici la fin de 2016, la totalité des 2 milliards de dollars aura été affectée ".

Ce soutien aidera Adesina à aller de l'avant dans la réalisation de son ambitieux programme en cinq points visant à répondre aux besoins en énergie, en sécurité alimentaire, en industrialisation, en intégration et en qualité de vie du continent. " Aujourd'hui, la TICAD est vraiment déployée en Afrique, comme il convient ", a t-il déclaré. " La Banque africaine de développement se tient prête à collaborer avec vous pour assurer le plein succès de la TICAD VI ".

Lors d'un entretien privé avec Bono, musicien irlandais devenu investisseur en capital-risque et philanthrope, Adesina a exploré les moyens par lesquels son interlocuteur pourrait agir en vue d'améliorer la vie des Africains à travers le continent. Car, comme il l'a indiqué, " le développement est une question purement humaine ".

Auparavant, au cours d'une rencontre de haut niveau patronnée par l'Union africaine, l'Organisation des Nations Unies pour le développement industriel et la Commission économique pour l'Afrique, Akinwumi Adesina a parlé des liens réciproques qui existent entre l'emploi et le développement industriel. " Les jeunes de l'Afrique ne devraient pas migrer vers l'Europe au risque de leurs vies, " a-t-il souligné. " Nous avons besoin d'eux dans nos industries, non en haute mer. C'est pourquoi nous avons appelé à l'établissement d'une Facilité de financement de l'industrialisation africaine, qui nous aidera à traduire nos rêves pour l'Afrique dans la réalité ", a-t-il ajouté. " C'est un dessein que nous pouvons réaliser ".

Un autre domaine où s'est fortement engagé Adesina est celui de l'égalité des sexes et de l'autonomisation des femmes. C'est un thème sur lequel l'envoyée spéciale de la BAD pour les questions de genre, Geraldine Fraser-Moleketi, s'est employée à mobiliser des ressources au cours de la journée du 26 septembre.

Lors d'une session consacrée au " Financement transformateur pour l'égalité des sexes ", elle a mis des dirigeants en devoir de s'assurer que " les budgets nationaux affectent des ressources suffisantes à la réalisation de l'égalité de genre ". Sur un continent dont les femmes représentent 52 % de la population totale, constituent 75 % de la force de travail agricole et assurent jusqu'à 80 % de la production alimentaire, " nous avons à faire tout notre possible pour qu'elles puissent jouir de manière équitable des progrès du développement et de la transformation du continent, et pour qu'elles puissent y participer de manière tout aussi équitable ".

Ces progrès ont été très conséquents, et la mission de Adesina en tant que 8ème président de la BAD sera de préserver le dynamisme qui les fait avancer.