Le président Kaberuka appelle l'UE à épauler la Bad et les autres institutions africaines

25/10/2005
Share |

Le président Kaberuka appelle l'UE à épauler la Bad et les autres institutions africaines

Tunis, le 28 octobre 2005 - Le président de la Banque africaine de développement, Donald Kaberuka, a expliqué, lors d'une réunion informelle des ministres européens du développement à Leeds, mardi, que l'Union européenne pourrait, en coopérant étroitement avec les institutions africaines, contribuer plus efficacement à la stabilité, à la prospérité et au développement de l'Afrique.

Il a ainsi appelé la communauté internationale à concrétiser les engagements qu'elle avait récemment formulés à l'Afrique en réponse à l'évolution positive que connaît actuellement le continent.

Il ne reste plus que 65 jours avant que n'expire «l'année du développement», a-t-il rappelé.

«Les nouvelles qui viennent d'Afrique sont bonnes, mais nous ne sommes guère à l'abri de rechutes éventuelles s'il n'y a pas de suivi, a-t-il prévenu. Ce n'est certes pas la première fois que la communauté internationale se mobilise pour l'Afrique, mais les promesses n'ont souvent pas été suivies d'engagements fermes.»

Pour peu que la Bad soit appuyée et épaulée, a-t-il souhaité, son excellente connaissance des réalités africaines lui permettrait de déployer sur le terrain tout son potentiel d'action.

S'exprimant à propos des avantages comparatifs des organes de financement, le président de la Bad a estimé que ce sont les institutions et le gouvernements africains qui sont chargés, au bout du compte, de mettre en œuvre les stratégies de développement, et qu'on devrait ainsi les associer plus étroitement aux étapes de préparation.

«Si j'ai appris une chose dans ce débat sur les avantages comparatifs, c'est que la division du travail n'est pas un compartiment hermétique marqué du sceau de l'exclusivité ; il s'agit plutôt d'une évaluation de sa force institutionnelle qui devrait vous permettre d'intervenir, dans un pays donné, plus efficacement que d'autres dans un secteur bien défini voire dans un projet précis», a lancé M. Kaberuka.

Il s'est à cet égard félicité que la Bad ait consacré 40 % de ses ressources à des projets d'infrastructure alors que la plupart des partenaires au développement avaient réduit leurs ambitions dans les projets d'infrastructure.

M. Kaberuka a lancé une série de réformes internes qui devraient permettre à la Bad d'être la figure de proue dans des domaines précis.

Il a exhorté la communauté internationale en général et l'U.E. en particulier à œuvrer au renforcement de la Bad, de l'Union africaine et des communautés économiques régionales pour accélérer le rythme du développement du continent.

La réunion informelle de deux jours des ministres s'est penchée sur les problèmes de développement international, de commerce, de politiques et sur les relations auro-africaines.

Vingt-et-un des 25 membres de l'U.E. étaient représentés à cette rencontre.

Contact: Eric Chinje, +216 71 10 21 16, e.chinje@afdb.org