Le Président Kaberuka participera à la deuxième réunion du Groupe consultatif de haut niveau sur le financement du changement climatique

09/07/2010
Share |

Le président du Groupe de la Banque africaine de développement (BAD) se joindra à d’autres éminentes personnalités à la deuxième réunion du Groupe consultatif de haut niveau sur le financement du changement climatique qui se tiendra du 12 au 13 juillet 2010 à New York.

Cette réunion, la deuxième du groupe de haut niveau, examinera les rapports des groupes de travail qui ont étudié l’éventail des possibilités de sources publiques et privées de financement. L'Accord de Copenhague a fixé comme objectif de mobiliser 100 milliards de dollars par an de ressources supplémentaires d'ici 2020.

Le secrétaire général de l'Organisation des Nations Unies, Ban Ki-moon, a créé un groupe consultatif de haut niveau sur le financement du changement climatique. Ce groupe a pour mission d'identifier les nouvelles sources potentielles de fonds supplémentaires pour financer des mesures d'atténuation et d'adaptation dans les pays en développement. Présidé par le Premier ministre éthiopien, Meles Zenawi, et le Premier ministre norvégien, Jens Stoltenberg, le groupe se réunira à New York les 12 et 13 juillet 2010. Le président Kaberuka a été nommé membre du groupe à titre personnel.

Ces questions de financement sont importantes pour l’Afrique. Les coûts de l'adaptation à un climat plus chaud et plus changeant sont déjà évidents, comme par exemple, dans la réduction de la sécurité, la pénurie d'eau et les changements de l'exploitation des terres.

L’augmentation du coût de l’atteinte des objectifs du millénaire pour le développement (OMD) par l'Afrique en est une conséquence. Alors que l'adaptation reste une préoccupation majeure, l'Afrique fait également face à une pénurie aiguë des ressources énergétiques ; ainsi en Afrique sub-saharienne, par exemple, moins de 30 pour cent de la population ont actuellement accès à l'électricité. Dans la mesure où l'Afrique dispose en abondance de sources d'énergie renouvelables, il y a lieu pour elle de tracer une nouvelle voie de développement plus économe en carbone.

Le groupe se réunira à nouveau plus tard dans l'année pour adopter un rapport qui sera soumis avant la prochaine à la Conférence des parties à la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (CCNUCC), en novembre, au Mexique.