Ouverture des Assemblées annuelles 2005 de la BAD: le président Obasanjo souligne la nécessité de faire fructifier les potentialités de l’Afrique pour le développement

18/05/2005
Share |

Ouverture des Assemblées annuelles 2005 de la BAD: le président Obasanjo souligne la nécessité de faire fructifier les potentialités de l’Afrique pour le développement

"Au moment où s’ouvrent vos délibérations sur les programmes de développement à venir,  je vous convie à réfléchir également sur la nécessité pour nous de pouvoir faire fructifier les potentialités de l’Afrique en vue de créer la richesse et améliorer la qualité de vie de nos populations et faire de la pauvreté absolue une image du passé", a déclaré le Président Obasanjo, à l’ouverture mercredi, des Assemblées annuelles 2005 de la Banque au Centre de conférence international d’Abuja.

M. Obasanjo a souligné que les Africains devaient se tenir prêts pour faire face aux opportunités, défis et pressions de la mondialisation à travers des politiques et des programmes internes bien articulés qui renforcent les moyens mis à la disposition des populations, créent de la richesse, consolident la créativité et l’innovation, et renforcent les fondements socio-culturels des communautés et des peuples.

"Un des moyens d’y parvenir, a-t-il dit, est de travailler de commun accord, commercer davantage entre nous, mobiliser des resources communes pour des projets importants, procéder à des échanges d’information et d’expérience et se poser collectivement contre les conflits, la corruption et toutes formes de conduites non démocratiques".

Le Président Obasanjo a lancé un appel pressant aux pays africains pour qu’ils continuent de mettre l’accent sur l’agriculture en tant que moteur de la croissance que l’Afrique a besoin de ré-explorer tout en appliquant les politiques les plus adéquates.

"Le continent africain peut fournir les produits de base pour la fabrication de la plupart des biens de consommation.  Ceci est un héritage; il devrait être à notre avantage" a-t-il noté.

Sur le rôle du Nigeria en Afrique, il a réaffirmé une doctrine prévalant de longue date selon laquelle le Nigeria considère l’Afrique comme le point central de sa politique étrangère et son engagement envers la paix, l’harmonie et le développement de l’Afrique.

"Nous estimons que notre présent et notre passé sont liés aux succès et à l’avenir de l’Afrique. Nous sommes convaincus que si un Etat africain connait le trouble, nous ne pourrions nous-mêmes connaitre ni repos ni bonheur" a affirmé le Président Obasanjo sous les applaudissements des participants.

Le Président nigérian s’est déclaré heureux de constater que le Fonds spécial du Nigeria (FSN) – géré par la BAD - dont il a été à l’origine de la création sous le Gouvernement militaire de 1976, avec un montant de 100 millions de $ EU, a connu une évolution remarquable qui en a fait un des trois guichets du Groupe de la BAD. Le FSN dispose aujourd’hui de ressources se chiffrant à 500 millions de $EU.

"J’aimerais donner l’assurance à tous que nous sommes disposés à faire davantage dans la limite de nos ressources et je voudrais lancer un appel aux autres Etats africains disposant de ressources adéquates pour entreprendre des initiatives semblabes afin d’aider nos frères et soeurs" a ajouté le Président Obasanjo.

Il a félicité le Président de la BAD, M. Omar Kabbaj, pour ses performances de haut niveau à la tête de l’institution. Le mandat de M. Kabbaj arrive à expiration au terme des dix années passées comme Président.

Avant le Président Obasanjo, le Président de la BAD avait déclaré dans son discours à l’ouverture des Assemblées annuelles, que la BAD devait se positionner comme un acteur central du développement en Afrique. Dans cette allocution qui était sa dernière en tant que Président de la BAD, M. Kabbaj a procédé à un examen minutieux des défis auxquels la Banque se trouvera confrontée au cours des prochaines années. Il a formulé des suggestions.

En premier lieu, il a indiqué que la Banque devra « faire fond sur les acquis importants des dix dernières années et utiliser judicieusement les ressources considérables disponibles pour financer de nouvelles opérations de prêt et de don. »

Il a ensuite estimé indispensable que la Banque continue d’axer ses opérations sur la réduction de la pauvreté. Le Président Kabbaj a souhaité que la Banque maintienne « son haut niveau de professionnalisme" et affirmé "indispensable de préserver la compréhension, la coopération et le respect entre les instances décisionnelles".

La sauvegarde de la solidité et de la discipline financières de la BAD, l’exploitation et le renforcement des nombreux partenariats qu’elle a noués avec les organisations multilatérales et bilatérales, la mise en œuvre efficace et prudente du Plan d’action pour consolider et tirer parti des acquis des dernières années, sont au nombre des aspirations que M. Kabbaj a formulées pour le Groupe de la Banque.

Dans son discours, la Présente des Conseils des Gouverneurs, Mme Ngozi Okonjo-Iweala, a noté que son pays avait accueilli les Assemblées annuelles pour la troisième fois et que ce fait soulignait l’engagement du pays en faveur de la BAD et à l’égard du continent africain.