Le prince d’Orange appelle à une action urgente en matière d’eau et d’assainissement en Afrique

03/07/2008
Share |

Le prince Willem-Alexander d’Orange des Pays-Bas a appelé, en début de semaine, les chefs d’Etat africains à prendre des mesures urgentes pour soutenir les efforts en matière d’eau et de d’assainissement. S’adressant lundi dernier, au 11e Sommet de l’Union africaine à Charm El Cheikh, en Egypte, le prince d’Orange, qui s’exprimait en qualité de président du Conseil d’administration du Comité consultatif du Secrétaire général des Nations unies pour l’assainissement (UNSGAB, en anglais), a déclaré que de nombreuses personnes vivent dans la pauvreté et souffrent de la faim parce qu’elles n’ont pas accès à l’eau potable. « … Ces populations sont les plus vulnérables, et les enfants particulièrement qui seront affectés par les effets de la crise alimentaire actuelle, les conséquences du changement climatique et les aspects négatifs de la production du biocarburant », a-t-il dit.

Présentant les dernières données fournies par l’OMS et l’UNICEF, il a affirmé: « En Afrique, sur près d’un milliard de personnes, environ 602 millions n’ont pas accès à l’eau potable et plus de 360 millions n’ont pas accès à l’assainissement. Pour atteindre les Objectifs du Millénaire pour le développement (OMD) en matière d’eau en Afrique, 33 millions de personnes devraient chaque année avoir accès à l’eau potable. Selon les données actuelles, seulement 15 millions de nouveaux usagers sont enregistrés chaque année ; ce qui veut dire que nous n’atteindre pas cet objectif. Nous avons encore plus que besoin de doubler nos efforts. Mais pour atteindre les OMD en matière d’assainissement, le nombre de personnes disposant de toilettes devrait augmenter encore plus. Alors que le chiffre est actuellement de 10 millions de nouveaux usagers chaque année, il devrait passer à 45 millions de personnes chaque année- soit une multiplication par cinq ».

Le dignitaire néerlandais s’est inquiété du fait que « l’Afrique ne va certainement pas atteindre les OMD en matière d’eau et d’assainissement. Nous ne devons plus laisser l’Afrique être confrontée à une crise endémique en matière d’eau et d’assainissement qui abrutit et tue des milliers de personnes, affecte les forces vives, bloque le développement économique, limite l’accès à l’éducation et donc des opportunités de vie. Environ un million d’Africains meure chaque année, en raison des maladies liées au manque d’eau potable et à l’absence d’hygiène et d’assainissement. La santé, la dignité et le développement de toute l’Afrique en dépendent, pour des millions d’Africains ».

Il a regretté que la question de l’assainissement ne reçoive pas toute l’attention qu’elle mérite. Le prince d’Orange a également invité les Africains à briser le tabou des toilettes, estimant que seul un débat franc sur cette question peut aider à relever le défi posé par cette situation qui pénalise de nombreuses personnes vulnérables sur le continent.

« Peut-être que, vous, comme d’autres personnes, trouverez difficile de partir à la maison et de parler passionnément des toilettes et des sujets afférents comme les excréments humains. Je vous demande de contribuer personnellement à briser le tabou mortel qui entoure cette question. C’est pour cette raison que UNSGAB a suggéré que 2008 soit déclarée Année internationale de l’assainissement. Nous devons surmonter notre gêne à évoquer les toilettes et l’hygiène intime. Nous avons besoins des mots, du courage et des ressources appropriées pour faire ce que nous devons pour marquer la différence. Dans ces circonstances, il n’est pas surprenant que je souligne que certains chefs d’Etat et de gouvernement africains ont pris l’initiative de se faire photographier avec des toilettes. Leur courage symbolise l’étape que l’Afrique doit atteindre. Je ne peux que vous inviter tous à faire autant et à briser ainsi le tabou de l’assainissement. Appelons un chat un chat et des toilettes des toilettes. Cela marche pour le VIH/Sida, pourquoi cela ne marcherait-il pas pour les toilettes ? », s’est-il interrogé.

Le prince d’Orange a appelé les dirigeants africains à poser des actions concrètes qui pourront inscrire l’eau et l’assainissement au top de l’agenda de l’Afrique pour la prochaine décennie, affirmant qu’en adoptant la Déclaration de Charm El Cheikh sur l’eau et l’assainissement, les dirigeants africains devront renforcer l’importance de l’eau potable et de l’assainissement et traduire leurs engagements en actes concrets. La mise en œuvre de la Déclaration aura un réel impact sur le développement socio-économique des pays africains et la santé des populations, a-t-il déclaré. La déclaration, souligne véritablement, a-t-il dit, l’importance de réexaminer les politiques et les programmes d’eau et d’assainissement, reconnaissant les institutions et les personnes qui accomplissent, à l’échelon local, un travail indispensable. Elle souligne également la nécessité de renforcer les ressources financières nationales dans ce secteur.

« Cette Déclaration, envoie un message clair aux chefs d’Etat et de gouvernement du G-8 qui se réuniront dans deux semaines au Japon, et à la réunion de haut niveau des Nations Unies sur les OMD qui aura lieu en septembre à New York, leur disant que l’eau potable et l’assainissement sont une première priorité pour l’Afrique. Et leur engagement aujourd’hui pour sa mise en œuvre effective peut donner des résultats tangibles demain. Pour ma part, je ferai tout mon possible pour convaincre les partenaires au développement de répondre avec générosité à l’initiative de Charm El-Cheikh. Notre rêve est d’assurer l’eau et l’assainissement à tous. Faisons, ensemble, en sorte que ce rêve devienne réalité», a-t-il encore dit.