La BAD contribue au renforcement de l’accès au crédit des petites et moyennes entreprises : 10 millions de dollars pour le Fonds africain de garantie

21/10/2010
Share |

Tunis, 20 Octobre 2010 – Le Conseil d’administration du Groupe de la Banque africaine de développement (BAD) a approuvé, mercredi 20 octobre 2010 à Tunis, une prise de participation de 10 millions de dollars dans le Fonds africain de garantie (FAG). Le FAG est une initiative panafricaine de la BAD, en partenariat avec le ministère danois des affaires étrangères/Danida, le gouvernement espagnol par le biais du ministère des Affaires étrangères et de la Coopération (Agence espagnole de coopération pour le développement international/AECID).

Cette initiative a été lancée suite au rapport de la Commission Afrique en mai 2009 pour renforcer l’appui financier et technique en faveur des Petites et Moyennes Entreprises (PME) en Afrique.

Le FAG sera créé en tant qu’entité morale séparée, qui aura pour mission de garantir des portefeuilles de prêts au bénéfice des PME à des institutions financières partenaires, y compris les institutions de microfinance (IMF) et aussi à des établissements financiers non bancaires comme les sociétés de crédit-bail. Ces institutions bénéficieront également d’un appui au développement des capacités permettant le renforcement de leur productivité et compétitivité.

Ce projet sera domicilié à Port Louis, à l’Île Maurice et opérera à partir de Nairobi, au Kenya. Le capital de départ du FAG est de 50 millions de dollars avec une prévision de plusieurs augmentations de capital dans les années à venir, qui devront porter le capital à 300 millions de dollars dans le moyen terme.
En tant que promoteur et artisan principal de l’initiative, la Banque a fait jouer sa longue expérience en matière d’appui aux PME desservant ainsi un secteur hautement lié au développement, qui a traditionnellement eu un accès limité au financement externe, et contribuant par conséquent à l’amélioration des résultats de développement du secteur privé qui est l’objectif primordial de cet investissement.

Au niveau institutionnel,  le FAG sera une innovation sur le marché financier africain. Il est en outre prévu que le FAG contribue à l’efficacité de l’aide, en attirant des fonds destinés au financement des PME qui auraient été investis dans des projets séparés donnant ainsi lieu à une fragmentation et à des coûts opérationnels élevés. La mobilisation des ressources financières importantes du FAG en faveur des PME africaines contribuera de façon importante à la croissance économique du continent africain, aux nouvelles opportunités d’emplois et au développement du marché financier.

Vu son objectif d’approfondissement du secteur financier et  d’intégration financière, ce projet  est conforme à la stratégie de la Banque portant sur le développement des opérations du secteur privé et cadre bien avec les stratégies des pays correspondants visant le développement des PME comme moyen de création d’emplois et de réduction de la pauvreté