L’USAID alloue 11 millions de dollars au Fonds des énergies durables pour l’Afrique dans le cadre de l’initiative de l’Énergie pour l’Afrique

10/11/2016
Share |

L’Agence des États-Unis pour le développement international (USAID), par le biais de l’initiative Énergie pour l’Afrique (« Power Africa »), a réaffirmé son engagement envers l’initiative du Fonds des énergies durables pour l’Afrique (SEFA), sous l’impulsion de la Banque africaine de développement, en octroyant une deuxième tranche de financement de 11 millions de dollars EU en vue d’honorer ses engagements d’un montant global de 20 millions de dollars EU. La cérémonie de signature a eu lieu à l’issue du Panel Énergie pour l’Afrique sur le financement de projets de connexion hors-réseau, dans le pavillon des États-Unis, lors de la 22e Conférence des Parties à la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (COP22), qui se tient actuellement à Marrakech, au Maroc.

Reconnaissant l’engagement du gouvernement américain envers le SEFA, Amadou Hott, vice-président de la BAD en charge de l’électricité, de l’énergie, du climat et de la croissance verte, a fait remarquer que la deuxième tranche de financement renforcera l’important travail déjà en cours du SEFA en soutien à la préparation de projets et aux réformes environnementales propices à des projets d’énergie renouvelable pilotés par le secteur privé. « Si nous voulons parvenir à un accès universel à l’horizon 2025, nous, à la Banque africaine de développement, ainsi que nos partenaires, devrons constituer un solide et dynamique réservoir de compétences, de financement et de contenu technique afin d’atteindre de manière efficace, efficiente et de toute urgence les communautés qui en ont le plus besoin », a indiqué Amadou Hott. Le vice-président de la BAD a de nouveau rappelé l’engagement de la Banque à réaliser le Nouveau Pacte pour l’énergie en Afrique d’une manière durable ; les solutions d’énergie propre et renouvelable seront encouragées et soutenues.

Andrew  Herscowitz, coordinateur de Énergie pour l’Afrique, qui a signé au nom du gouvernement américain, a exprimé sa satisfaction quant à l’action du SEFA en faveur des interventions à petite ou moyenne échelle qui bénéficient au secteur énergétique africain diversifié et en expansion, en s’exprimant dans ces termes : « les contributions d’Énergie pour l’Afrique au SEFA serviront directement les objectifs communs du Nouveau Pacte et d’Énergie pour l’Afrique, à savoir fournir à tous les Africains un accès à une énergie abordable, propre et moderne, promouvant ainsi un accès universel à des services énergétiques répondant aux besoins de notre époque ».

Lida Fitts, directrice régionale pour l’Afrique subsaharienne à l’Agence américaine pour le commerce et le développement, Chris Hornor, fondateur et PDG de PowerHive, et Kevin Connolly, de Microsoft Affordable Access Initiatives, qui ont participé au panel, avaient un sentiment similaire sur le potentiel énergétique de l’Afrique et ont salué les partenariats existants tel que celui conclu entre Énergie pour l’Afrique et le SEFA.

La BAD et Énergie pour l’Afrique sont des partenaires stratégiques de longue date. Peu après le lancement d’Énergie pour l’Afrique en 2013, l’USAID s’engageait à apporter 20 millions de dollars EU pour soutenir le SEFA. En 2014, la BAD s’engageait à investir 3 milliards de dollars EU pour appuyer les objectifs d’Énergie pour l’Afrique. Le Nouveau Pacte pour l’énergie en Afrique de la BAD vise à aider le continent à parvenir à un accès universel à l’électricité d’ici à 2025, en recommandant fortement d’adopter des solutions d’énergie propre et renouvelable, en complément des buts et objectifs d’Énergie pour l’Afrique.

 

À propos du Fonds des énergies durables pour l’Afrique (SEFA)

Lancé en 2012, le SEFA est un fonds multi-donateurs de 95 millions de dollars EU financé par les gouvernements du Danemark, du Royaume-Uni, des États-Unis et de l’Italie. Il soutient le programme sur les énergies durables en Afrique à travers des subventions pour faciliter la préparation de projets de production d’énergie renouvelable et d’efficacité énergétique de moyenne envergure, d’investissements en capitaux pour combler le déficit de financement de projets de production d’énergie renouvelable de petite et moyenne envergure, et d’un soutien au secteur public pour améliorer un environnement propice aux investissements privés dans les énergies renouvelables. Le SEFA est hébergé par le Département de l’Énergie, de l’Environnement et du Changement climatique de la BAD.