Poursuite de la table ronde sur le projet ferroviaire Tanzanie-Rwanda-Burundi

18/03/2009
Share |

Les travaux de la table ronde sur le projet multinational ferroviaire Tanzanie-Rwanda-Burundi, ouverte lundi 16 mars 2009 se sont poursuivis mardi à Tunis. Ces travaux se sont déroulés en trois grandes séquences. La première était consacrée aux communications et débats. Les interventions ont porté sur la présentation des résultats financiers et les options pour le financement et la réalisation. La deuxième séquence de ces travaux était constituée d’une séance de questions-réponses, d’un tour de table et des déclarations des partenaires techniques et financiers. La troisième séquence a été la présentation en plénière des résultats des travaux de la table Ronde, sanctionnés par un procès verbal. La résolution indique « la viabilité financière et la faisabilité du projet, vu son impact sur les populations et sur la région ». La résolution affirme également que « des études détaillées seront menées à brève échéance pour que le projet voit le jour ». S’exprimant au nom du président Donald Kaberuka, la vice-présidente Zeinab El-Bakri a salué l’appropriation du projet par les parties prenantes ainsi que par les trois gouvernements, et souligné l’appui de la BAD quant à sa mise en œuvre.

Organisées par les trois gouvernements des pays concernés, avec l’appui du Groupe de la Banque, ces assises ont regroupé quelque 65 participants, notamment des ministres de l’économie et des finances, du transport et des infrastructures des trois pays, des partenaires au développement, des représentants du secteur privé, notamment, des compagnies minières, des armateurs, des opérateurs et investisseurs des zones de libre échange. L’objectif global de la table  ronde est de « soutenir et d’accompagner les trois pays dans le développement de réponses concrètes et adéquates au processus permettant de désenclaver les régions de Isaka-Kigali/Keza-Musogati, à travers un accès à moindre coût au port de Dar es-Salaam, en Tanzanie ». Le coût de réalisation de ce projet de chemin de fer est estimé à environ 3,5 milliards de dollars. Pour parvenir  à la mise en œuvre du projet, dont la complexité et le besoin en financement sont établis, l’étude de faisabilité a recommandé le cadre du partenariat public privé (PPP).  

Ahouassou Aristide Agoungnon, Email : a.ahouassou@afdb.org, Tél : +216 71 10 34 14