Rwanda-Burundi : le Groupe de la BAD approuve un don de 47 M USD pour le projet Bugesera

25/09/2009
Share |

Tunis, le 25 septembre 2009 – Le Fonds africain de développement (FAD), la fenêtre concessionnelle du Groupe de la Banque africaine de développement (BAD) a approuvé, vendredi 25 septembre 2009 à Tunis, un don de 30 millions d’unités de compte (UC), équivalent à 47 millions d’USD, pour financer le Projet d’Appui aux Infrastructures Rurales de la Région naturelle du Bugesera (PAIR du Bugesera).

Le projet a pour objectif global de contribuer à réduire la pauvreté. Son objectif spécifique est d’améliorer la sécurité alimentaire dans la région du Bugesera, à travers l’augmentation de la production agricole. Les activités du PAIR commenceront en 2010 et s’étaleront sur une période de 6 ans. La zone d’intervention du Projet est la zone transfrontalière entre le Rwanda et le Burundi, et particulièrement autour des lacs de Rweru, Cyohoha et le marais d’Akanyaru communs aux deux pays ainsi que leurs bassins versants. Le coût total du projet est estimé à 30 MUC soit 26.340 millions de FRW ou encore 55.185 millions de FBU.

La population de la zone du projet est estimée à 834.000 habitants (274.000 pour le district du Bugesera au Rwanda et 560.000 pour la province du Kirundo au Burundi). Le projet contribuera à améliorer la sécurité alimentaire dans cette région à travers la réalisation d’infrastructures d’irrigation, de piste de désenclavement, d’infrastructures de stockage, l’intensification de la production agricole et la conservation des eaux et du sol.

La région du Bugesera connaît depuis quelques années, un problème d’insécurité alimentaire notoire. Suite à une démographie en hausse et aux besoins croissants en terres arables, les forêts naturelles ont été en partie détruites conduisant à des érosions sévères. Les terres des collines se déversent dans les lacs provoquant leur envasement. Ces trois éléments (déforestation, érosion et envasement des lacs) auxquels s’ajoutent l’irrégularité et l’insuffisance des pluies, concourent à la diminution des productions agricoles.

Pour lever ces contraintes, les Gouvernements du Rwanda et du Burundi ont décidé de concevoir le projet d’appui aux infrastructures rurales du Bugesera. L’aspect multinational du projet se justifie par les éléments suivants :

  • L'exploitation des ressources en eau partagées des lacs Cyohoha et Rweru et du marais d’Akanyaru ; ces ressources étant des ressources partagées, leur exploitation doit être concertée et conjointe ;
  • La nécessité urgente de protéger les écosystèmes dans ces zones : cette protection devra se faire à travers des travaux de conservation des eaux et des sols qui ne peuvent être efficaces que s’ils sont réalisés sur l’ensemble des bassins versants concernés et donc des deux cotés de la frontière. Autrement dit, l’impact en termes de conservation et de protection des écosystèmes ne peut avoir une ampleur significative que si ces travaux de conservation sont réalisés de manière coordonnée et concomitante par les deux pays ;
  • Les deux pays ont préparé et ont signé un accord pour la mise en œuvre du projet, ce qui montre leur engagement pour une exploitation commune et concertée de leurs eaux transfrontalières.

Le projet sera bénéfique pour les deux pays. Réaliser les activités envisagées dans le cadre du projet dans seulement un des deux pays aurait un impact limité sur la conservation des écosystèmes du bassin du Nil en général et plus particulièrement pour les eaux partagées entre les deux pays.

La zone du projet concerne la région naturelle du Bugesera à cheval entre le Rwanda et le Burundi, et plus particulièrement autour des deux grands lacs transfrontaliers (Rweru et Cyohoha) et du marais d’Akanyaru commun aux deux pays.

* 1 UC  = USD1,56606 = RWF 889.687 = BIF 121.153 au 25/09/2009


Sections Connexes

Contact