« Le Rwanda fera encore mieux que prévu dans le Rapport » selon son ministre des finances

28/07/2009
Share |

1496

S.E James Musoni, ministre rwandais des finances et de la planification économique, a présidé, en présence des autorités du pays, représentants du corps diplomatiques et des organisations internationales, des partenaires au développement, des cadres de la fonction publique et du secteur privé et des médias, la cérémonie de lancement du Rapport 2008/09 sur les perspectives économiques en Afrique (PEA). La Ministre de l’information du Rwanda, Mrs Louise Mushikiwabo, a pris part à la cérémonie de lancement du Rapport PEA 2008/09.

Dans son allocution d’ouverture de la cérémonie, le ministre Musoni a félicité la BAD pour avoir initié la production du rapport en étroite collaboration avec la Commission économique des Nations unies pour l’Afrique (CEA) et l’OCDE. Il a remercié l’Union européenne pour son généreux soutien à la publication du Rapport AEO 2008/09. «  Les projections du rapport concernant mon pays pourraient bien être revues car le Rwanda fera certainement bien mieux que prévu » a dit le ministre Musoni. 

M. Diko Mukete, le représentant-résident de la Banque africaine de développement (BAD) au Rwanda et M. David McRae, le chef de la délégation de l’Union européenne (UE) ont, dans leur allocution de bienvenue, respectivement salué la publication du Rapport AEO 2008/09 et les performances économiques du Rwanda qui a enregistré au cours de dernières années une bonne performance avec un taux de croissance soutenu. Selon David McRae, « le Rwanda saura relever les défis posés dans le Rapport  à force de discipline et de détermination qui sont les facteurs-clés du succès du pays ».

Les présentations modérées par John Rwangombwa, Secrétaire général au ministre de l’économie, des finances et du plan, ont été faites par Alex Mubiru (BAD) sur les perspectives macroéconomiques en Afrique, Leonard M. Rugwabiza, (BAD) sur les perspectives macroéconomiques du Rwanda, Richard Walker (BAD) sur le développement des technologies de l’information et de la communication (TICs) en Afrique, Felicien Usengumukiza, chercheur à l’IPAR sur la situation des TICs au Rwanda.

Des discussions très animés ont fait suite aux différentes présentations. Elles ont été conduites par Kampeta Sayinzoga, directrice de la politique macroéconomique au ministère des finances, Dmitry Gershenson, représentant résident du FMI  au Rwanda et Antoine Sebera, directeur des réseaux et des infrastructures à Rwanda Development Board. M. Antonio Pedro, directeur sous régional de la CEA pour l’Afrique de l’Est a prononcé le mot de clôture.

Le thème retenu pour la huitième édition du Rapport PEA 2008/09 porte sur les TICs, secteur qui connaît aujourd’hui un développement prodigieux sur le continent et qui selon les experts contribuent de façon significative à l’amélioration de la gouvernance politique, économique et social.

En effet dans de nombreux pays africains, le consommateur peut aujourd’hui grâce aux TICs accéder aux prix des denrées de première nécessité, envoyer ou recevoir de l’information en temps réel, etc. En outre, l’Afrique est, selon les experts, le premier continent à avoir lancer le « roaming » sans frais supplémentaire aux consommateurs ainsi que le réseau mobile inter états sans coût local additionnel pour le consommateur. Cette performance traduit la volonté des décideurs politiques à soutenir le développement des tics dont les investissements sont estimés à 56 milliards de dollars.

Le rapport est le fruit de la coopération exemplaire entre la BAD, la CEA et l’OCDE. L’Union européenne a soutenu financièrement sa production. Le rapport qui fournit des analyses approfondies sur les économies de 47 pays africains a été produit dans un contexte particulier, marqué par la crise globale qui affecte la plupart des économies africaines.