Lancement du programme de renforcement des capacités en droit commercial international par le chef de l’Etat du Rwanda et le président de la BAD

14/02/2011
Share |

Le projet de renforcement des capacités en droit commercial international a été lancé officiellement à Kigali (Rwanda) le 11 février 2011, par Paul Kagamé, chef de l’Etat du Rwanda et Donald Kaberuka, président du Groupe de la Banque africaine de développement (BAD). Cet important projet de renforcement des capacités juridiques est un programme conjoint de la Facilité africaine de soutien juridique (FASJ) et de l'Union panafricaine des avocats (PALU). Il se veut une contribution au renforcement de la pratique du droit commercial international sur le continent, et à la construction de l’Etat de droit au service du développement économique des pays africains.

Le président Kagamé a d’emblée affirmé qu’il ne pouvait que répondre présent et s’associer à une telle initiative car elle « répond à un besoin attendu puisque le déficit de capacités dont souffrent les praticiens du droit africains dans la négociation de transactions commerciales internationales complexes  est un fait connu  de longue date». Conséquence de cette faiblesse : « les africains ont été souvent spoliés des retours sur investissements significatifs qu’ils étaient en droit d’attendre. »  

Le président Kaberuka a rappelé le rôle de la BAD dans la création de la Facilité de soutien juridique qu’elle abrite, au moment où plusieurs Etats ont été confrontés aux agissements peu scrupuleux des « fonds vautours ». Il a tenu à transmettre un message aux membres de l’Union panafricaine des avocats : « Il est rassurant que vous, éminents juristes africains, vous soyez organisés pour aider à la consolidation de la stabilité et de la confiance dans le monde des affaires en Afrique. Nous partageons vos objectifs louables et voulons vous assurer de notre désir d’un partenariat fort. »

M. Barrister Akere Muna, président de l’Union panafricaine des avocats, après avoir fortement remercié la BAD pour son engagement à leurs côtés, a tenu à préciser le sens que son organisation donne à de ce partenariat : « Nous tenons, en tant qu’avocats africains, à affirmer notre engagement à contribuer au développement économique et social du continent. Le droit est le socle de toutes les sociétés prospères et développées. Puisse-t-il en être ainsi pour l’Afrique ».

M. Muna a précisé qu’il est inscrit dans ce partenariat PALU et ALSF que le renforcement des capacités et les conseils juridiques concerneront aussi bien le secteur public que le secteur privé.

Plus d'une centaine de participants, essentiellement des présidents et membres des barreaux de différents pays africains, ont assisté à ce lancement officiel. Ils ont également pu échanger longuement l’après-midi lors d’un Panel de haut niveau où le Groupe de la BAD était représenté par M. Kalidou Gadio, conseiller juridique général.

Aussitôt lancé, ce programme débute le 14 février à Kigali, avec le premier séminaire régional pour l’Afrique de l’Est, qui regroupe 40 participants durant 3 jours. Les cinq grandes régions africaines seront concernées puisque quatre autres séminaires régionaux seront organisés en 2011 et 2012.

Rappelons que les objectifs de ces séminaires sont : renforcer les capacités pour mener des négociations commerciales internationales complexes en Afrique ;  renforcer les capacités de résolution des différends commerciaux internationaux et apporter une assistance dans les contentieux avec les fonds vautours en Afrique ;  mettre sur pied, en Afrique, une base de données d’experts en droit commercial compétents et expérimentés.