Comores : 480 000 $ de don du SEFA pour encourager le secteur privé à investir dans les énergies renouvelables

31/10/2014
Share |

Le Fonds des énergies durables pour l’Afrique (SEFA) a approuvé un don de 480 000 dollars EU, destiné à fournir une assistance technique au gouvernement de l’Union des Comores, dans le cadre d’un projet visant à faciliter l’implication du secteur privé dans le développement des énergies renouvelables. Ce don sera financé via le guichet relatif à l’amélioration de l’environnement des affaires du SEFA, destiné à stimuler les investissements dans le secteur des énergies renouvelables en Afrique.

Le projet d’assistance technique du SEFA aidera à améliorer l’accès des ménages, des entreprises et des industries aux Comores à des services énergétiques modernes, fiables et abordables. Le projet entend notamment à accompagner le gouvernement, pour : i) définir des structures tarifaires (tarifs de rachat) pour les projets d’énergie renouvelable de petite et moyenne tailles ; ii) élaborer les documents contractuels et juridiques standards (accords d’achat d’électricité/accords d'approvisionnement en vapeur) pour les énergies renouvelables ; et iii) mettre en œuvre des programmes de renforcement de capacités et de perfectionnement sur les volets technique, économique, financier et juridique des énergies renouvelables, pour le compte de l’Unité des énergies renouvelables concernée.

« Cette intervention vise à accroître la participation du secteur privé dans la production des énergies propres. Notre objectif à long terme est de faire en sorte que le secteur privé devienne un investisseur actif dans la fourniture de l’électricité produite à partir de toutes les sources disponibles aux Comores, notamment géothermique, hydroélectrique, solaire et éolienne », a souligné Alex Rugamba, directeur du Département de l’énergie, de l’environnement et de changement climatique à la Banque africaine de développement (BAD).

Les Comores dépendent fortement des énergies fossiles et de la biomasse (bois et charbon) pour la production d’électricité, ce qui en fait un candidat de choix pour le développement des énergies renouvelables. Selon les estimations, 70 % de l’énergie utilisée provient de la biomasse et le reste de combustibles fossiles importés, dont 21 % sont utilisés directement (pour les transports) et 8 % servent à produire de l’électricité. Le taux d’accès à l’électricité demeure faible, puisque seuls 8 % de la population sont desservis dans les trois îles (Grande Comore, Moheli et  Anjouan).

Le don SEFA sera piloté par le ministre de la Planification énergétique et de l’Eau sur une période de 24 mois. Il vient compléter le « Projet d’appui au secteur de l’énergie », en cours d’exécution et cofinancé par la BAD et la Banque mondiale. Ce projet se propose d’étudier le potentiel des ressources géothermiques dans le pays, en vue de remplacer peu à peu les combustibles fossiles sur l’île de Grande Comore et d’opérer une transition complète vers une production d’électricité de source géothermique. 

Le Fonds des énergies durables pour l’Afrique (SEFA) : Le SEFA est une initiative multidonateurs destinée à soutenir le programme des énergies durables en Afrique. Elle compte trois composantes : i) des dons pour faciliter la préparation de projets de production d’énergies renouvelables et de projets d’efficacité énergétique de petite et moyenne tailles ; ii) des prises de participation, pour combler le déficit de financement dont souffrent les petits et moyens projets de production d’énergies renouvelables ; et iii) un appui au secteur public, en vue de rendre l’environnement plus propice aux investissements du secteur privé dans les énergies durables. Rattaché au Département de l’énergie, l’environnement et du changement climatique de la BAD, le SEFA a bénéficié de 60 millions de dollars EU octroyés par les gouvernements danois et américains.