Sénégal : feu vert de la BAD pour un prêt de 33,5 millions de dollars en faveur de l’emploi des jeunes et des femmes

25/10/2013
Share |

Le Conseil d’administration de la Banque africaine de développement (BAD) a approuvé, le 23 octobre 2013 à Tunis, un prêt de 33,5 millions de dollars EU octroyé à la République du Sénégal. Ce financement, obtenu par le Fonds Africain de développement (FAD), entend promouvoir l’emploi des jeunes et des femmes dans les chaines de valeur agricoles et de prestation de services.

Le Projet d’appui à la promotion de l’emploi des jeunes et des femmes (PAPEJF) concrétise la vision des autorités du Sénégal en matière de lutte contre le chômage et le sous-emploi des jeunes, telle que définie dans le “Projet de société du Président de la République”. Cet ambitieux programme pour le pays en matière de création d’emplois, vient compléter d’autres initiatives mises en œuvre par d’autres partenaires au développement.

Le projet contribuera au développement économique du Sénégal, en favorisant l’émergence de micro, petites et moyennes entreprises (MPME) initiées par des jeunes et des femmes, principalement dans la chaîne de valeur agricole et celle de la prestation de services. Il permettra de créer 15 000 emplois durables et décents au moins en milieux rural et périurbain, dont 60 % seront destinés aux jeunes (garçons et filles) et 40 % aux femmes. Le projet entend également renforcer les capacités techniques et managériales de 17 000 promoteurs. Outre la réalisation de 156 fermes agricoles, aquacoles et avicoles intégrées, qui devraient permettre la mise en valeur de 1 000 ha de terre environ, il prévoit la construction de 18 centres d’incubation pour les métiers de l’artisanat, l’installation de 15 plateformes multifonctionnelles et de 40 kiosques de commercialisation, ainsi que la réfection de 3 centres de formation professionnelle agricole.

Ces objectifs seront atteints à travers : (i) la promotion de l’entreprenariat des jeunes et des femmes en milieux rural et périurbain ; (ii) la mise en place d’infrastructures technologiques de soutien aux MPME ;  et (iii) la mise en place d’un mécanisme de financement qui soit accessible aux jeunes et aux femmes.

Le choix de chaînes de valeur agricoles et de prestation de services permet d’élargir les opportunités d’emploi et de création de revenus dans les régions ciblées que sont Kaolack, Fatick, Thiès, la Casamance naturelle (Ziguinchor, Kolda et Sédhiou) et la banlieue de Dakar. En renforçant le développement des chaines de valeur agricoles, avicoles et aquacoles, ce projet aidera à valoriser les productions des zones retenues.

Le projet est dans la droite ligne du premier pilier de l’actuelle stratégie nationale de développement économique et social (SNDES 2013-2017) du Sénégal, qui porte sur « la croissance, la productivité et la création des richesses », l’accent étant mis sur la promotion de l’emploi, le développement du secteur privé et le développement intégré de l’économie rurale. Il répond aussi aux objectifs de la Nouvelle politique de l’emploi (NPNE) qui entend créer des emplois durables et instaurer une meilleure gestion du marché du travail. En outre, le projet est conforme au premier pilier du DSP 2010-2015, axé sur le « soutien à la croissance inclusive par la diversification et l’intégration économique », et la stratégie de la Banque pour la période 2013-2022. Le PAPEJF répond à trois des cinq priorités opérationnelles de cette dernière (compétences et technologie ; développement du secteur privé ; développement des infrastructures), et cible deux de ses trois centres d’intérêt particuliers (agriculture et sécurité alimentaire; genre).

Le 23 octobre 2013, le portefeuille actif au Sénégal s’élevait à près de 302 millions de dollars EU pour 12 opérations actives dans le secteur public, et à 221,8 millions de dollars EU pour 5 autres dans le secteur privé.