La BAD présente le Sénégal comme la vitrine du développement durable en eau et assainissement

28/09/2015
Share |

L’Objectif de Développement Durable numéro 6  en ligne de mire

La Banque africaine de développement et le ministère sénégalais de l’hydraulique et de l'assainissement ont aligné leurs actions avec les nouveaux objectifs de développement durable (ODD) de l'ONU. L’ODD numéro 6 est un engagement à assurer aux populations l'eau et l'assainissement universels et ce de manière durable.

A propos d’un troisième programme visant à améliorer eau et l'assainissement dans les régions les plus déficitaires du Sénégal,  Mansour Faye, le ministre sénégalais  de l’hydraulique et  de l’assainissement ,  président en exercice d’AMCOW, (Conseil des ministres africains chargés de  l'eau), a déclaré: «la Banque africaine de développement est à nos côtés depuis le début. Son Initiative pour l'alimentation en eau et l'assainissement en milieu rural (RWSSI), a joué un rôle important, particulièrement en tant que levier de fonds pour  le projet PEPAM, nos programmes d'eau potable et d'assainissement ».

Au sein de la BAD, RWSSI (sigle en anglais RWSSI, pour “Rural Water Supply and Sanitation Initiative) est un partenaire engagé aux programmes gouvernementaux dans 33 pays, et donc bien placé pour analyser le degré de réussite des stratégies en développement durable. Sur un plan plus large, la coopération établie entre la BAD, le gouvernement sénégalais, AMCOW et UNICEF, contribue à transformer le vécu en meilleures pratiques. Au Sénégal, le gouvernement lie les actions en eau et assainissement avec le développement des compétences au niveau communautaire. Les programmes du Programme d'eau Potable et d'assainissement du millénaire (PEPAM) comprennent systématiquement des initiatives de renforcement des capacités afin que les utilisateurs puissent prendre en charge la construction et l'entretien des installations, eux-mêmes.

Les associations d’utilisateurs sont responsables de la distribution de l'eau, la collecte des paiements et l'entretien de base des installations, y compris le suivi contractuel avec les fournisseurs. Rétrospectivement, l'investissement au cours des dix dernières années a été concluant en termes d'implication et de maintien en service. Plus les utilisateurs se sentent responsables des réalisations, plus les actions s'inscrivent dans une démarche de développement durable.  « Il y a de nombreux exemples de la façon dont les communautés à travers l'Afrique se sont impliquées pour améliorer leur propre systèmes d'eau et d'assainissement», a déclaré Manuel Fontaine, directeur régional d'UNICEF pour l'Afrique de l'Ouest et Centrale. «Ensemble, nous pouvons faire en sorte que les meilleures pratiques sont disponibles pour tous les pays africains, pour sauver la vie de plus d'enfants».

Pour sa part, le Secrétaire exécutif de l'AMCOW, Bai Mass Taal, a indiqué qu’« AMCOW, en collaboration avec l'Union africaine, la BAD et d'autres partenaires, assurera le leadership pour mobiliser les ressources nécessaires à la SDG 6 en Afrique. L'échec n'est pas un scénario ».

Le directeur du Département de l'eau et de l'assainissement de la BAD, Mohamed El Azizi,  a, quant à lui, souligné que «Sur le continent africain, on estime à 455 millions sur les 700 millions le nombre de personnes vivant dans les zones rurales qui n'ont toujours pas accès à des installations sanitaires de base. En joignant nos forces avec tous les acteurs, nous gagnons en efficacité et en meilleures pratiques. Nous avons du pain sur la planche. Le SDG 6 est ambitieux, mais absolument nécessaire pour le développement en Afrique.»*

*Selon les données du Programme conjoint de suivi (OMS-UNICEF)

Financement du programme PEPAM Sénégal

Ce dernier programme de 54 millions de USD pour PEPAM (approuvé en 2014) est financé par un prêt de la BAD de 27  m $ US une contribution du gouvernement sénégalais de 18 m $ US, un don de 7 m $ US du fonds fiduciaire de RWSSI-BAD, et une contribution de 1,7 m $ US des bénéficiaires.