Seychelles: Le Groupe de la BAD approuve un prêt de 15 millions d’euros pour le programme de reforme de la gouvernance économique

20/07/2009
Share |

Tunis, 20 juillet 2009 – Le Conseil d’administration du groupe de la Banque africaine de développement (BAD) a approuvé, le mercredi 20 juillet 2009 à Tunis, l’octroi d’un prêt de 15 millions d’euros  pour financer le Programme de réforme de la gouvernance économique (EGRP) au Seychelles.

L’EGRP  est la première opération d’appui budgétaire du Groupe de la Banque aux Seychelles. Le Programme appuiera  les efforts du gouvernement pour promouvoir la stabilité macroéconomique et une croissance durable afin de rééquilibrer l’économie, en améliorant la gouvernance économique et financière. En outre, une conséquence directe du renforcement de la gestion des finances publiques sera que chaque ministère et entité publique deviendra plus efficace dans la fourniture des services publics. De même, en appuyant une revue globale du cadre de régulation des affaires, l’EGRP devrait bénéficier aux opérateurs économiques qui ne sont pas en mesure de mener leurs activités dans l’environnement actuel du secteur privé.

Le programme sera mis en oeuvre dans le cadre de deux principales composantes, à savoir : le renforcement de la gestion des finances publiques et la stimulation du développement du secteur privé. La première composante vise à consolider les progrès réalisés en matière de lutte contre la détérioration de la situation budgétaire, grâce à une meilleure gestion des finances publiques. La deuxième composante a pour objectif de réduire davantage le rôle du secteur public en tant qu’intervenant direct dans les activités commerciales et de production économique, et à faire de l’État un facilitateur du développement du secteur privé.

Il est aligné sur la Note de stratégie intérimaire 2009-210 de la Banque et en phase avec le programme gouvernemental de réforme macroéconomique et financière. La stratégie intérimaire de la Banque consiste à  «appuyer le programme de réformes en vue d’assurer une croissance durable », le programme de prêt se concentrant principalement sur une opération d’appui aux réformes.
Par ailleurs, la conception du prêt d’appui budgétaire de la Banque a été guidée par un certain nombre d’études, notamment : la « Note de stratégie intérimaire 2009-2010 des Seychelles » de la Banque (février 2009) ; le « Rapport de revue du portefeuille pays » de la Banque pour les Seychelles (1998) ;  les consultations du FMI au titre de l’article IV et un « Rapport du personnel du FMI sur l’accord de confirmation » (2008) ; le rapport du FMI intitulé « Une stratégie de renforcement de la gestion du budget » (2008) ; l’édition 2008 du « Rapport sur la performance de la gestion des finances publiques aux Seychelles » financé par la Commission européenne ; et un rapport de la Commission économique pour l’Afrique intitulé « État de la bonne gouvernance en République des Seychelles » (2007).
La population seychelloise en général recueillera les fruits de la reprise de la croissance et de la création de possibilités d’emplois dans le secteur privé. En outre, elle tirera indirectement profit d’une gestion transparente et efficace des ressources publiques.

A l’heure actuelle, le Groupe de la Banque finance trois études dans le pays. Il s’agissent du Plan de mise en valeur des ressources en eau, financé au titre de la Facilité africaine de l’eau pour un montant de 955 000 euros ; L’évaluation de l’incidence environnementale et sociale du projet de connexion des Seychelles à l’Afrique de l’Est au moyen du Système de câble sous-marin (500 000 dollars), financée au titre du Fonds d’assistance technique aux pays à revenu intermédiaire ; et L’étude sur le développement des ressources humaines (600 000 UC), financée également par le Fonds d’assistance technique aux pays à revenu intermédiaire.

* 1 UC – Unité de compte  = 1,55223 US$ = au 20/07/2009