Souk At-tanmia: la 2e édition est lancée !

30/04/2014
Share |

La 2e édition de Souk At-tanmia, ce programme dédié aux aspirants entrepreneurs en Tunisie, vient de démarrer. Lancé ce 30 avril, l’appel à candidatures sera clôturé le 30 juin 2014 à minuit.  

Ce mercredi 30 avril à Tunis, à la veille de la Fête du travail, la Cité des Sciences a abrité le lancement officiel de la 2e édition du partenariat Souk At-Tanmia, un programme que la BAD a conçu afin de promouvoir l’emploi et l’entrepreneuriat en Tunisie.

Aux côtés de Hakim Ben Hammouda, ministre tunisien de l’Economie et des Finances, et d’invités et partenaires de marque venus nombreux – à l’instar, entre autres, de Jacob Walles, ambassadeur des Etats-Unis d’Amérique ou de Hamish Cowell, ambassadeur du Royaume-Uni –, Donald Kaberuka, président de la BAD, a ouvert la cérémonie : « Je suis très content que la première édition de Souk At Tanmia ait été si productive. Certes, les moyens sont limités, mais il ne s’agit pas seulement de moyens. Il s’agit de montrer la voie à suivre. »

Pépinière des entrepreneurs de demain

Prenant la parole à son tour, le ministre tunisien de l’Economie et des Finances a salué cette « initiative conduite par la BAD et qui a su mobiliser autour d’elle d’autres partenaires » - la 2e édition de Souk At-tanmia réunit en effet dix-sept partenaires. Et Hakim Ben Hammouda de s’adresser à la jeunesse : « C’est à vous, les jeunes, qui avez des idées et des qualifications, de créer vos propres emplois ! »

Souk At-tanmia entend faire émerger une nouvelle génération d’entrepreneurs en Tunisie, jeunes, dotés d’esprit d’initiative et d’innovation, mais qui n’ont pas accès aux financements nécessaires pour démarrer leur activité. Surtout, le programme offre un soutien intégré, qui combine financements (sous forme de dons) et accompagnement (renforcement de capacités, tutorat, etc.) des entrepreneurs bénéficiaires. Aucune autre initiative en faveur de l’emploi et de l’entrepreneuriat en Tunisie ne mobilise autant de partenaires au développement – secteurs public et privé, monde associatif et milieu académique confondus.

Succès de la phase pilote

Cette deuxième édition se justifie par le succès de la phase pilote lancée en juillet 2012. La preuve par les chiffres : 437 emplois ont été créés en 2013 (641 sont escomptés en 2014), grâce aux 61 projets bénéficiaires qui ont pu être développés. Lesquels sont portés à 51 % par des jeunes, à 33 % par des femmes, à 34 % par des chômeurs et qui sont implantés, en majorité (63 %) dans des régions défavorisées du pays. Souk At-tanmia répond ainsi aux objectifs qui lui avaient été assignés : promouvoir l’emploi et l’entrepreneuriat, en mettant l’accent sur les populations les plus vulnérables (chômeurs, femmes, jeunes) et les régions défavorisées, laissées à la marge de la croissance. Condition sine qua non, pour les candidats : être de nationalité tunisienne, ou du moins résider en Tunisie.

Une 2e édition et de nouvelles règles

A la suite des enseignements tirés tout au long de la phase pilote et des retours d’expérience recueillis auprès des bénéficiaires, les règles ont été ajustées. Désormais, le coût total du projet bénéficiaire peut atteindre 300 000 DT. En deçà de 100 000 DT, le don octroyé peut atteindre 50 % du coût total du projet – sans toutefois excéder 35 000 DT. Au-delà de 100 000 DT, celui-ci peut s’élever à 35 % du coût du projet – sans toutefois excéder 50 000 DT. Surtout, il est désormais demandé aux candidats de s’engager eux-mêmes financièrement, en assumant 5  % du coût de leur projet – une participation symbolique, mais significative de leur implication.

Un accompagnement sur mesure

Souk At-tanmia n’offre pas qu’un financement aux porteurs de projet – un don ne suffit pas à garantir la pérennité d’un projet. Elle leur offre l’opportunité, unique, d’être accompagnés et conseillés tout au long de la phase de démarrage de leur entreprise. Dans un premier temps, durant 5 semaines dédiées au renforcement de capacités, les candidats sélectionnés affinent leurs idées et leur plan d’affaires, aidés d’experts mis à leur disposition par les partenaires du programme. La deuxième phase, qui dure 6 mois, est la phase pré-opérationnelle : bénéficiant d’un coaching personnalisé, les porteurs de projet créent leur entreprise et démarrent leurs activités. Ensuite, pendant 6 à 12 mois, c’est-à-dire pendant la phase de démarrage de leur entreprise, ceux-ci bénéficient d’un mentorat et d’un appui technique destinés à développer leur activité.

Outre le Réseau national des pépinières d’entreprises et les centres respectifs de l’Agence de promotion de l’industrie (API) impliqués dans Souk At-tanmia, tout un réseau de “points focaux” a été mis en place pour mailler l’ensemble du pays et faire connaître le programme dans les régions les plus isolées. Grande nouveauté cette année, un numéro joignable 7j/7 de 9 h 30 à 19 h 30, est mis à disposition des intéressés : 70 015 135.

Appel à candidatures et synergies

Vous êtes Tunisien ou résidant en Tunisie ? Vous avez une idée innovante, l’esprit d’initiative et envie de créer votre entreprise ? Souk At-tanmia est fait pour vous. Vous avez deux mois pour vous inscrire en ligne sur le site Internet www.soukattanmia.org. Date limite d’inscription : 30 juin 2014, à minuit.

Outre Souk At-tanmia, la Banque africaine de développement est engagée dans d'autres initiatives qui entendent promouvoir l'esprit d'entreprise en Tunisie. Il s'agit notamment de "Ibda”, qui se veut un catalyseur de “Social Business” en Tunisie, dont l’appel à proposition a été lancé entre le 25 mars et le 18 avril 2014. Le programme Ibda vise à favoriser la création d’entreprises à caractère social, c’est-à-dire qui recouvrent des activités économiques, à finalité sociale ou environnementale et qui répondent à l’intérêt général, tout en étant financièrement pérennes et dont les profits sont réinvestis dans le même type d’activité soucieuses de la dimension sociale et environnementale. Avec Souk At-tanmia et Ibda, la Banque met à profit les synergies existant entre ces deux programmes distincts, au bénéfice de l’emploi et des Tunisiens.