Stimuler le potentiel de progrès en Algérie, au Maroc et en Tunisie: La Banque Mondiale et la Bad organisent la 1re Table Ronde du Maghreb à Tunis

13/05/2005
Share |

Cette table ronde a pour objectif de susciter un riche débat sur les principaux défis de développement et le programme de réformes économiques dans les pays de la région. Elle a aussi pour objet de favoriser le développement d’une compréhension commune des importantes interactions entre la performance économique et les transformations sociales et de suggérer des axes de réforme et des actions concrètes pour favoriser leur mise en œuvre.

Cet événement, une conférence de maghrébins pour les magrébins, réunira des universitaires et acteurs de la société civile et du secteur privé maghrébins ainsi que des hauts responsables gouvernementaux d’Algérie, du Maroc et de la Tunisie, dont le Premier ministre M. Mohamed Ghannouchi.

La Table Ronde adopte une approche innovante et participative. Des groupes thématiques sur chacun des quatre thèmes de la Table Ronde ont été constitués en amont de l’évènement et regroupent des chercheurs universitaires, opérateurs du secteur privé et des acteurs de la société civile des trois pays. Les groupes ont pris comme point de départ pour leur réflexion les quatre rapports publiés par la Banque mondiale sur l’emploi, le commerce, le genre et la gouvernance dans la région du Moyen Orient et de l’Afrique (MENA). Ils ont affiné les conclusions de ces rapports en identifiant les spécificités maghrébines, les convergences entre pays, et les questions les plus pertinentes à débattre lors de la Table Ronde. Les membres des groupes thématiques joueront un rôle actif lors de la Table Ronde pour présenter les enjeux clefs, favoriser un dialogue constructif entre participants, et permettre d’aboutir à des recommandations concrètes.

Les résultats de la conférence seront diffusés dans les pays du Maghreb pour contribuer à une mise en œuvre efficace des réformes politiques et socio-économiques qui s’imposent à ces pays pour faire face aux défis de l’intégration économique régionale et internationale de la zone.