Réhabilitation du barrage de Kariba : la Zambezi River Authority (ZRA) finalise les préparatifs avec les bailleurs de fonds

16/10/2014
Share |

La Zambezi River Authority (ZRA), organisation mise en place pour gérer le Bassin du fleuve Zambèze pour le compte des gouvernements de la Zambie et du Zimbabwe, a récemment accueilli les représentants de la Banque africaine de développement (BAD), de l’Union européenne, de l’ambassade de Suède en Zambie et du Groupe de la Banque mondiale, afin de finaliser les préparatifs de l’appui à la réhabilitation du barrage de Kariba.

Le coût des travaux de réhabilitation devrait, selon les estimations, dépasser 290 millions de dollars EU. Les partenaires à la coopération ont répondu à une requête des gouvernements de la Zambie et du Zimbabwe pour aider au projet de réhabilitation.  L’Union européenne entend mobiliser 100 millions de dollars EU, tandis que le GBM propose un financement de 75 millions de dollars EU. La ZRA sollicite également une aide de 75 millions de dollars EU auprès de la BAD, tandis que le gouvernement suédois envisage d’apporter 30 millions de dollars EU. Le reste de coûts sera couvert par les fonds de contrepartie de la Zambezi River Authority.

S’exprimant à la fin d’une série de réunions tenues ces trois dernières semaines entre les partenaires à la coopération et les responsables des deux gouvernements, le directeur exécutif de la Zambezi River Authority, Munyaradzi Munodawafa, a déclaré : « Les réunions entre les deux gouvernements et les partenaires à la coopération ont été fructueuses. Un certain nombre de questions liées à la mise en œuvre ont été abordées, ce qui a permis  de mobiliser suffisamment de fonds pour la réalisation des travaux de réhabilitation ainsi que des experts pour exécuter le projet selon les normes de sécurité internationales, afin de redonner un nouveau souffle au barrage de Kariba ».

Au rôle essentiel dans la sécurité énergétique et le soutien au développement économique en Zambie et au Zimbabwe, le barrage et le Complexe hydroélectrique (HES) de Kariba ont été construits sur le fleuve Zambèze entre 1956 et 1959. Après 50 ans de fonctionnement au service de la région d’Afrique australe, le barrage de Kariba requiert désormais des travaux de réhabilitation pour pouvoir continuer à fonctionner en toute sécurité. Si l’investissement dans la réhabilitation du barrage n’est pas fait à temps, les dispositifs de sécurité clés du barrage ne pourront que se dégrader au fil du temps et ne répondront plus aux normes internationales. Aussi, ce projet de réhabilitation, qui est le fruit d’une série d’études techniques approfondies menées au cours de ces dernières années, est absolument crucial et urgent. Il permettra de restaurer la sécurité totale du barrage.

Se félicitant également des conclusions des réunions d’évaluation des partenaires à la coopération, le chef de délégation de l’UE en Zambie, Gilles Hervio, a affirmé qu’il était « […] heureux des progrès réalisés à ce jour dans le travail de préparation pour s’assurer que les travaux de réhabilitation interviennent en temps opportun pour éviter un déficit énergétique à l’avenir. Ceci illustre la détermination de l’Union européenne à assurer et à accroître l’accès à l’électricité en Zambie et dans la région, en vue d’améliorer les conditions de vie des populations pauvres et de promouvoir le développement économique. »

« Je suis impressionné par l’immense travail d’équipe et le sens de l’urgence des équipes techniques des institutions de financement et de la ZRA, a déclaré quant à lui Freddie Kwesiga, représentant résident de la BAD. Elles ont démontré que la collaboration au sein des partenaires à la coopération pouvait renforcer l’impact des résultats en matière de développement ». Et d’ajouter : « la réhabilitation est importante en ce qu’elle permettra aussi d’assurer une capacité de production dans la région de l’Afrique australe, une capacité qui est déjà limitée ».

Le directeur pays du GBM, Kundhavi Kadiresan, s’est dit lui aussi « […] heureux que le travail intensif fourni par les équipes techniques ces dernières années ait finalement abouti à ce programme de réhabilitation du barrage de Kariba. Une production d’électricité fiable est nécessaire pour répondre aux demandes croissantes de la région. Le travail effectué par la Zambie et le Zimbabwe en vue de réhabiliter le barrage de Kariba ouvre la voie à une collaboration future dans le cadre de l’exploitation des sources d’énergie entre les deux pays, afin d’obtenir des changements susceptibles de transformer la vie des populations de la sous-région ».

Lena Nordström, Ambassadrice de Suède en Zambie, a souligné que « l’accès à une énergie fiable et durable revêt un caractère hautement prioritaire pour la coopération au développement dans le pays. Les conséquences d’une panne du barrage constitueraient un sérieux revers pour les efforts de réduction de la pauvreté et pour le développement économique impressionnant de la Zambie ces dernières années ; entreprendre une réhabilitation rapide du barrage est la seule option possible ».