Cameroun : le Fonds SEFA appuie le projet de centrale solaire d’un privé

23/01/2015
Share |

Fin 2014, le Fonds pour les énergies durables en Afrique (dit SEFA pour l’acronyme anglais) a accordé un don de 777 000 de dollars EU, en faveur de JCM Greenquest Solar Corporation. Ce, afin de préparer un projet de centrale solaire photovoltaïque de 72 MW – une première, pour un producteur d'énergie indépendant au Cameroun.

Le don du SEFA servira plus précisément à financer l’étude d’évaluation de l’impact environnemental et social de la centrale, ainsi que les coûts connexes des conseils techniques, juridiques et financiers.

Malgré d’abondantes ressources et la disponibilité de ressources énergétiques conventionnelles (pétrole et gaz) et renouvelables (hydroélectrique et solaire), le Cameroun affichait un taux d’accès à l’énergie de 18 % seulement en 2013 – un taux très faible par rapport à celui du continent. La capacité installée du pays, de 1 400 MW, est en grande partie basée sur l’hydroélectricité (60 %) et varie énormément pendant la saison sèche, obligeant le Cameroun à recourir à des centrales thermiques de secours coûteuses. Certes, il est prévu d'installer de nouvelles centrales hydroélectriques. Toutefois, l’exploitation de centrales solaires photovoltaïques fournira de l’électricité dans des délais beaucoup plus courts que l’hydroélectricité (en moins de deux ans, contre quatre à six ans) et offrira une source d’électricité fiable pour les 25 prochaines années. Par ailleurs, ce projet JCM de centrale solaire contribuera à diversifier l’offre énergétique du pays ; et permettra de faire des économies sur les importations de carburant en réduisant le recours à des centrales thermiques de secours qui, actuellement, fonctionnent au maximum de leurs capacités. Il aidera aussi à réduire l’empreinte carbone globale du Cameroun.

Le gouvernement camerounais a conçu un Plan de développement du secteur de l'énergie (le PDSE 2030), qui entend porter le taux d’électrification du territoire à 75% à l’horizon 2030. Un décret a également été élaboré en faveur des producteurs d’énergie indépendants, un signal fort pour inciter le secteur privé à s’impliquer dans les projets d’énergies renouvelables. En outre, ce projet soutient la Stratégie de croissance et d’emploi (2010-2020) du Cameroun, qui vise à réduire le coût de la production d’électricité et à diversifier les sources de production d’électricité du pays.

« Cet appui sera crucial pour établir le premier producteur d’énergie renouvelable indépendant  du Cameroun, a déclaré Alex Rugamba, directeur du Département de l’énergie et du changement climatique à la BAD. Et son succès produira un effet de démonstration significatif pour le secteur de l’énergie du pays et pour l’ensemble du continent ».

« Nous nous félicitons de l’appui de la BAD au moment où nous nous attelons à aider le gouvernement camerounais à réaliser ses objectifs stratégiques dans le domaine de l’énergie, a déclaré à son tour Michael Strait, directeur général de Development Group, JCM Capital. En tant que premier producteur d’énergie renouvelable indépendant du pays, nous pensons que ce projet dynamisera le développement des énergies renouvelables au Cameroun et attirera de gros investissements dans le secteur de l’énergie propre ».

Le Fonds pour les énergies durables en Afrique (SEFA) : SEFA est un fonds fiduciaire multidonateurs créé pour financer des projets d’énergie propre de petite et moyenne envergure par le biais d’investissements privés en Afrique, à travers trois guichets de financement : i) des dons pour faciliter la préparation de projets d’énergie renouvelable et d’efficacité énergétique  afin de les rendre bancables ; ii) des prises de participation pour remédier au manque d’accès aux capitaux pour financer des projets d’énergie renouvelable ; et iii)  l’appui à la mise en place d’un environnement propice pour l’investissement privé dans les énergies durables. Le SEFA est alimenté par 60 millions de dollars EU fournis par les gouvernements du Danemark et des États-Unis. Il est abrité et géré par le Département de l’énergie et du changement climatique de la Banque africaine de développement.