Les ressources énergétiques inexploitées de la Tanzanie sont mûres pour des investissements, confirme un rapport

18/06/2015
Share |

La Banque africaine de développement, en partenariat avec le Fonds d'investissement climatique (FIC) et le gouvernement de Tanzanie, a lancé le jeudi 18 juin le document Renewable Energy in Africa: Tanzania Country Profile (Énergie renouvelable en Afrique : Profil-pays de la Tanzanie). Cette publication met en lumière les avancées de ce pays en matière d'énergies renouvelables et les perspectives qu'il présente pour davantage développer son secteur énergétique.

Au cours des dix dernières années, désireux de renforcer et de moderniser le secteur énergétique, le gouvernement tanzanien a procédé à une série de réformes politiques profondes, dont la mise en place d’une entité de réglementation et la formulation d’une politique énergétique de nature à encourager la participation privée au travers de producteurs d’énergie indépendants (PEI) et de petits producteurs d’énergie (PPE). Pour ce qui est des PPE, le gouvernement à défini des règles, des contrats standard et des méthodes standard tarifaires pour faciliter la participation du secteur privé au développement de projets connectés au réseau ou hors réseau concernant principalement l'électrification rurale. Grâce à ces initiatives, les PEI et PPE ont sensiblement contribué à la croissance économique de nombreux secteurs, les PEI à eux seuls représentant 40 % de la capacité de production d’énergie du réseau national. Dans le sillage de ses investissements en capacités de production d’énergie, le gouvernement a lancé des projets visant à étendre les capacités de transmission afin de pouvoir acheminer la puissance électrique vers les marchés.

Ainsi que l'a déclaré le ministère tanzanien de l'Énergie et des Minéraux, « Dans les prochaines années, d'importants investissements sont prévus aux niveaux tant de la production que de la transmission de courant électrique, et des PEI assureront le financement privé de nombreuses nouvelles centrales électriques. Ainsi, nous poursuivons notre collaboration avec nos partenaires pour rendre les investissements en production électrique plus attractifs afin que nous puissions réaliser la Vision 2025 de la Tanzanie d'un taux d'électrification nationale d'au moins 75 % d'ici à 2035. »

Le rapport fait état du potentiel inexploité de la Tanzanie en énergies renouvelables - biomassique, hydroélectrique, solaire et géothermique - lesquelles devraient apporter les neuf gigawatts de puissance supplémentaire qui seront nécessaires pour répondre à la demande projetée pour 2035. Les estimations fondées sur des calculs analogiques indiquent que le potentiel géothermique de la Tanzanie dépasse les 650 MW, tandis que les 2800-3500 heures d'ensoleillement annuel du pays présentent de très intéressantes perspectives solaires.  En ce qui concerne la puissance potentielle de petites centrales hydroélectriques, elle est chiffrée à 480 MW, dont seuls environ 3 % ont été captés.

Lors du lancement du rapport, Kurt Lonsway, chef de division de la BAD pour l'Environnement et le Changement climatique, a déclaré que « Le secteur des énergies renouvelables en Tanzanie regorge d'opportunités et est mûr pour les investissements. Ces investissements auront pour avantage supplémentaire de réduire la vulnérabilité du pays due à sa dépendance à l'égard de grands projets hydroélectriques, qui sont très vite affectés par des changements de pluviosité et les sécheresses. »

Le rapport Tanzania Country Profile est basé sur le Plan d'investissement du Programme d'élargissement des énergies renouvelables dans les pays à faible revenu, programme de 719 millions d’USD parrainé par le FIC