Réunion préparatoire technique du 4e Forum mondial de l’eau

29/09/2005
Share |

Réunion préparatoire technique du 4e Forum mondial de l’eau

Tunis, le 29 septembre 2005 – L’Afrique doit apporter « une contribution effective et exemplaire » au 4e Forum mondial de l’eau à Mexico City, sont convenus les intervenants à la réunion préparatoire technique du Forum, tenue les 28 et 29 septembre dans la capitale tunisienne.

Le prince Willem Alexander d’Orange (Pays-Bas) a souhaité, lors d’une conférence de presse à l’issue des travaux de la seconde journée, que le continent « parle d’une même voix » au Mexique. Il a également réaffirmé tout son « intérêt pour le secteur de l’eau en Afrique ».

Pour ce faire, « l’Afrique doit créer une synergie [entre] les acteurs politiques » (Amcow, « Conseil des ministres africains de l’eau ») et les « acteurs techniques » qui évoluent sur le terrain et cernent les problèmes concrets. C’était d’ailleurs le bras technique de l’Amcow qui a tenu cette rencontre de préparation. Par ailleurs, tout en soulignant, l’expertise de son pays dans le secteur de l’eau, le prince d’Orange a insisté sur l’impératif pour les pays développés d’« aider l’Afrique à trouver des solutions grâce à cette expertise ».

De son côté, le président du Conseil mondial de l’eau Loïc Fauchon avait insisté, lors des travaux, sur la « situation de l’eau qui [restait] plus préoccupante que jamais » et sur « le développement qui reste une priorité oubliée ». A cet égard, a-t-il souligné, l’objectif du millénaire relatif à l’eau « progresse peu », ajoutant que sur les sept autres objectifs « nous n’avançons pas aussi vite que prévu en septembre 2000 » alors que, incidemment, « ces objectifs ramènent toujours à l’eau ». C’est, donc, a-t-il déclaré, « le rôle et la responsabilité du Conseil mondial de l’eau de faire accepter cette idée que l’eau et l’assainissement sont une des priorités principales des décennies à venir. Cette priorité, il est temps, il est grands temps, qu’à travers le monde elle s’exprime dans les actes et plus seulement dans les intentions et les discours ».