La BAD et le Maroc signent un accord pour l’utilisation des procédures nationales de passation des marchés

31/05/2013
Share |

Les questions liées à l’utilisation des systèmes pays dans le domaine de la passation des marchés, ont occupé une place importante dans les échanges entre le Maroc et le Groupe de la Banque africaine de développement (BAD)  à Marrakech,  au Maroc.  En marge des travaux des Assemblées annuelles, les deux partenaires ont signé le 31 mai  un protocole d’accord, pour l’utilisation des procédures marocaines de passation des marchés dans le cadre de la mise en œuvre des projets financés par la BAD.

Cet Accord est la concrétisation des engagements pris par la BAD dans le cadre de la Déclaration de Paris et l'Agenda d'Accra pour l’Action en vue d’une meilleure efficacité de l’Aide au Développement. Il constitue une première étape dans le processus d’utilisation intégrale du système national des marchés publics en particulier et des finances publiques en général. L’accord a pour objectif la réduction des coûts de transaction, la rationalisation et l’accélération  de la mise en œuvre des projets financés par le Groupe de la Banque africaine de développement.

Le Vice-président de la BAD chargé des opérations régionales, Zondo Sakala, a cosigné l’accord pour la BAD.  Il a renouvelé l’engagement de l’institution pour une utilisation croissante des procédures nationales dont l’impact positif sur la mise en œuvre des projets n’est plus à démontrer. Pour ce faire « Nos pays membres devront, à l’instar du Maroc, engager des réformes qualitatives pour se doter de systèmes de marchés publics et de gestion des finances publiques conformes aux standards internationaux » a-t-il déclaré.

Le Ministre de l’économie et des finances du Maroc, Nizar Baraka, s’est réjoui du franchissement de cette étape qui consacre le processus de modernisation du système des marchés publics engagé par le Royaume depuis quelques années. Il s’est félicité du partenariat fécond entre la BAD et son pays.  Un partenariat qui se traduit par le financement d’opérations à fort impact sur les populations marocaines.

La signature de ce protocole d’accord marque une première et est le fruit de l’aboutissement d’un dialogue stratégique et technique entre la Banque et un pays membre régional.