La BAD au 15ème Sommet de l'Union africaine à Kampala - Le président Kaberuka participe au sommet sur l’investissement

26/07/2010
Share |

Le président du Groupe de la Banque africaine de développement, Donald Kaberuka, a assisté, avec les présidents Yoweri Museveni d’Ouganda, Jacob Zuma d’Afrique du Sud, Robert Mugabe du Zimbabwe l’ancien président sud-africain, Thabo Mbeki, à une table ronde en marge du Sommet de l’Union africaine sur l’investissement. L’évènement axé sur le thème « Créer de nouvelles opportunités d’affaires après la crise économique et financière mondiale » a eu lieu le 24 juillet 2010 à Kampala, en Ouganda en marge du Sommet de l’Union africaine.

S’adressant aux participants, M. Kaberuka a déclaré que « l’ampleur des besoins de financement des infrastructures en Afrique dépasse de loin les capacités du secteur public, et met brillamment en lumière les opportunités offertes à l’engagement du secteur privé ».

S’agissant des défis auxquels le secteur énergétique est confronté en Afrique, M. Kaberuka  a indiqué que « l’Afrique doit concentrer ses efforts sur les réformes du secteur énergétique, les nouvelles capacités de production et le développement des marchés régionaux. »

Sont également intervenus à cette occasion le commissaire aux Affaires économiques de l’Union africaine, Maxwell Mkwezalamba, le président de l’agence ougandaise pour l’investissement, Maxwell Mkwezalamba, et la directrice exécutive du Centre de commerce international, Patricia Francis.

La BAD et l’UA lancent le  PIDA

Quelque temps auparavant, en marge du Sommet, la BAD, le NEPAD et l’UA avaient officiellement lancé le Programme pour le développement des infrastructures en Afrique (PIDA), en marge du Sommet.

Le PIDA identifie l’énergie, l’eau, les TIC et les transports comme étant au centre de la mise en œuvre des politiques de développement économique et social. Le programme est conforme au développement des infrastructures, l’un des piliers clés de la Stratégie à moyen terme du Groupe de la Banque pour la période 2008-2012. En 2009, les projets d’infrastructures approuvés par la Banque ont atteint le montant de 6 milliards de dollars EU, soit plus de la moitié en valeur de tous les projets approuvés au cours de l’année. Le PIDA se donne pour objectif de faciliter l’accélération de l’intégration régionale en Afrique, grâce à l’amélioration des infrastructures régionales et continentales.

Ce projet, une initiative conjointe de la Commission de l’Union africaine, de la BAD et du Secrétariat du NEPAD, a été officiellement lancé par le président sud-africain, Jacob Zuma, le président de la Commission de l’UA, Jean Ping, et le commissaire de l’Union africaine pour l’énergie et les infrastructures, Ebrahim M.A. Ibrahim.

Prenant la parole à cette occasion, le conseilleur du président Kaberuka, Youssouf Ouedraogo, a indiqué que « les dirigeants africains sont unanimes à lancer un appel pour une intégration régionale renforcée en Afrique. »

« Notre rôle en tant qu’institution de développement, a-t-il souligné, est d’accompagner cette ambition affirmée, en traçant des plans réalistes et réalisables pour atteindre cet objectif. »

Les Etats- Unis promettent d’aider l’Afrique à combattre la corruption

Entre-temps, le ministre américain de la Justice, Eric Holder, qui représentait le président Barack Obama, s’est adressé aux dirigeants africains avant l’ouverture officielle du Sommet, et déclaré que son pays offrait sa coopération, son partenariat et son assistance aux nations africaines pour relever leurs défis.

M. Holder a promis que les Etats-Unis utiliseraient toutes les ressources à leur disposition, de la diplomatie aux tribunaux en passant par les services de renseignements, pour anéantir le réseau du terrorisme mondial.

Les dirigeants africains corrompus ne pourront plus se tourner vers les Etats-Unis comme un havre de paix pour y déposer l’argent volé, a-t-il affirmé, ajoutant que Washington saisira l’argent volé par les dirigeants corrompus.

« J’ai réuni une équipe de procureurs [pour s’occuper uniquement de cela], a-t-il fait observer, ajoutant que les Etats-Unis sont également soucieux de soutenir le développement des systèmes judiciaires africains pour traiter le problème de la corruption.

M. Holder fait partie de la délégation américaine au Sommet de Kampala, conduite par Johnnie Carson, éminent diplomatique américain en Afrique.

Le Sommet de Kampala se tient sur le thème : « Santé maternelle et infantile et développement en Afrique. »