La BAD met l’accent sur ses opérations relatives à l’accès à l’eau et à l’assainissement

11/07/2006
Share |

La BAD met l’accent sur ses opérations relatives à l’accès à l’eau et à l’assainissement

Création d’un nouveau département entièrement consacré aux questions de l’eau en Afrique

Tunis, le 11 juillet 2006 – La Banque africaine de développement (Bad) a réaffirmé l’importance qu’elle porte au développement des infrastructures en Afrique, avec un accent particulier sur le secteur de l’eau et de l’assainissement. Dans le cadre de la réforme engagée par le président Donald Kaberuka, effective à partir du mois de juillet 2006, un département eau et assainissement a été créé dans la nouvelle vice-présidence Infrastructure, secteur privé et intégration régionale (OIVP). Cette décision contribuera à consolider et améliorer le rôle de chef de file de la Bad dans les activités du secteur eau dans la région.

La centralisation des activités du secteur eau de la Bad dans un seul département débouchera sur une meilleure coordination des actions dans ce secteur. Le département œuvrera à l’identification de solutions durables tout au long de la chaine de l’eau, en partant de la définition et de la mise en œuvre d’orientations stratégiques, de politiques et de réformes institutionnelles à la mise en œuvre et au suivi des projets. Il permettra également à la banque d’être à la pointe des contributions aux efforts des pays membres régionaux pour atteindre les Objectifs de développement du Millénaire (ODM) pour le secteur de l’eau et dans les domaines associés tels que la nutrition, l’éducation, la santé, le renforcement de l’équilibre entre les sexes et l’environnement.

Dirigé par M. Kordjé Bedoumra, également directeur de la Facilité africaine de l’eau (FAE), le département sera la plateforme essentielle qui permettra à la Bad d’assurer son rôle de chef de file dans les activités du secteur de l’eau sur le continent. Dans cette perspective, il renforcera la mise en œuvre de l’importante Initiative pour l’alimentation en eau et en assainissement en milieu rural (IAEAR), et garantira le financement de projets et d’études dans le secteur de l’eau à travers le guichet des opérations du secteur public. Le département servira également d’administrateur pour le fonds spécial de la Facilité africaine de l’eau, initié par le Conseil des ministres africains chargés de l’eau (Amcow). Enfin, il fournira en sus un soutien au Programme pour l’eau et l’assainissement du Nepad, aux opérations d’un fonds spécial multi donateurs pour l’IAEAR et au Programme du partenariat multi donateurs pour l’eau financé par les Pays-Bas, la France, le Danemark et le Canada.

« Mon département travaillera à améliorer l’image de la Bad en tant que centre d’excellence et de savoir pour le développement des activités eau, précise M. Bedoumra. Il soutiendra le développement des secteurs de l’eau dans les pays membres régionaux [PMR] à travers l’octroi de prêts, de dons, d’une assistance technique et des opérations relatives aux politiques de l’eau. Le département se positionnera également en tant que chef de file dans la mobilisation de la volonté et de l’action politiques dans la mise en œuvre de politiques et de réformes institutionnelles dans le secteur. Il s’efforcera par ailleurs de canaliser le flux d’investissements des secteurs public et privé. »

Afin de créer des synergies et d’éviter les duplications dans les activités eau et assainissement en Afrique, le département sera responsable de la promotion et du renforcement des partenariats avec tous les acteurs impliqués dans le secteur. Ces synergies faciliteront le développement d’un système approprié de suivi et d’évaluation pour les activités du secteur de l’eau, fournissant une base de données fiable pour ces activités en Afrique et l’organisation d’examens réguliers de la situation du secteur avec toutes les entités concernées des PMR, des ONG et du secteur privé.

La Facilité africaine de l’eau (FAE) conservera sa mission de mise en place d’un environnement favorable et de renforcement de la gestion des ressources en eau afin d’attirer les investissements massifs nécessaires et appropriés pour atteindre les objectifs nationaux et régionaux. Avec la contribution de la FAE, le département soutiendra, en accord avec les priorités réitérées par le Conseil de direction de la FAE lors de sa 3e réunion qui s’est tenue au Caire le 24 juin 2006, des activités telles que l’amélioration des politiques de gestion intégrée des ressources en eau, les organisations de bassins et rivières pour le développement commun des eaux partagées, des investissements ciblés pour le développement d’infrastructures de petite taille, le renforcement de l’information et du savoir dans le secteur, et l’établissement de systèmes de suivi et d’évaluation. 

Le département veillera à ce que tous les programmes financés par la FAE correspondent aux programmes nationaux et régionaux des PMR, en respectant les programmes de soutien octroyés par la communauté des bailleurs de fonds, à commencer par le Groupe de la BAD.

Eau et assainissement en Afrique

  • Moins de 60% de la population totale en Afrique à accès à des services d’eau et d’assainissement.
  • Près de 210 millions de personnes dans les zones urbaines auraient besoin d’un accès à la fourniture d’eau.
  • 211 millions de personnes nécessiteront des services d’assainissement si les cibles de couverture internationale des ODM doivent être atteintes en 2015.
  • Le même nombre de personnes dans le zones rurales sont concernes par ce problème d’accès a l’assainissement.