Le Rapport sur la compétitivité en Afrique 2009 – Le développement financier et le commerce, essentiels pour rendre l'Afrique plus compétitive face à la crise actuelle

Share |

Date: 02/07/2009
Lieu: Tunis, Tunisia
ACR2009-Cover-small

Le rapport 2009 sur la compétitivité en Afrique, lancé le 2 juillet à Tunis, est produit conjointement par la Banque africaine de développement, le Forum économique mondial et la Banque mondiale. Le rapport dresse le bilan de la compétitivité en Afrique et indique que le développement financier et le commerce sont prépondérants pour sortir de la crise ; alors que des améliorations dans l'infrastructure, la santé, l'éducation et la gouvernance restent à moyen terme des éléments clés de l'amélioration de la compétitivité.

Tunis, 02 juillet 2009 -  Les entreprises africaines peuvent devenir beaucoup plus compétitives, mais les gouvernements africains et leurs partenaires internationaux doivent améliorer l'accès au financement, résister à la pression pour ériger des barrières commerciales, mettre à niveau les infrastructures, améliorer les soins de santé et les systèmes d'enseignement et renforcer les institutions.

Ce nouveau rapport de référence, le Rapport sur la compétitivité en Afrique-2009, reflète les efforts de recherche de trois institutions - le Forum économique mondial, la Banque africaine de développement et la Banque mondiale. Le rapport note que l'accès limité aux services financiers, le sous-développement des infrastructures, l’accès limité aux soins de santé et aux services éducatifs, ainsi que la faiblesse des cadres institutionnels  rendent les pays africains moins compétitifs sur le marché mondial. Le rapport souligne également un certain nombre de réussites dans la région qui mettent en évidence les mesures que les pays peuvent prendre pour améliorer l'environnement des entreprises.

Ce rapport conjoint, est le deuxième rapport sur l’environnement des affaires dans la région et s’appuie sur les connaissances et les compétences des trois organisations. Le rapport présente également une vision intégrée des défis politiques auxquels les pays africains font face afin de jeter les bases d’une prospérité et d’une croissance durables.

Le rapport souligne deux stratégies à court terme et trois à long terme, pour améliorer la compétitivité des économies africaines.

Les deux stratégies à court terme sont:

  • Améliorer l'accès au financement grâce à des politiques de marché. Les systèmes financiers en Afrique ont été approfondis et élargis au cours de ces dernières années, mais la crise mondiale actuelle menace d'inverser cette tendance et saper les récents progrès. Il est désormais encore plus important d’adapter les cadres nécessaires pour un marché financier sain, efficace et intégré.
  • Maintenir des marchés ouverts au commerce. Des forces protectionnistes apparaissent en réponse à la crise économique mondiale, et pourtant de telles mesures réduiront davantage la demande et limiteront la croissance. Les dirigeants africains doivent résister aux pressions politiques internes visant à ériger des barrières commerciales qui rendraient encore plus difficile le redressement de la région.

Les trois stratégies à long terme:

  • L'état des infrastructures demeure l'une des principales contraintes pour le monde des affaires en Afrique. L'énergie et les transports sont parmi les principaux goulots d'étranglement pour la croissance de la productivité et la compétitivité en Afrique. L’investissement dans l'amélioration des infrastructures peut, à la fois, placer l'Afrique sur une trajectoire de croissance plus élevée, et servir d’incitation fiscale à des moments importants.
  • Une éducation de base et des systèmes de soins de santé inefficaces, restreignent le potentiel productif de l'Afrique. C'est peut-être le domaine qui a le plus besoin d'une attention urgente. Tant que l'éducation et les systèmes de santé en Afrique ne seront pas améliorés, les entreprises continueront d'être limitées dans leurs efforts de valorisation et le développement économique sera entravé.
  • Plus d’exemples de bonne gouvernance et de leadership puissant et visionnaire sont nécessaires. Des environnements institutionnels solides et transparents ont contribué à la réussite des économies africaines les plus compétitives. Beaucoup a été fait ces dernières années pour améliorer ces structures, mais dans de nombreuses parties de la région, les institutions doivent être plus propices aux affaires pour favoriser la compétitivité. Cela est particulièrement important au moment où l'actuelle crise économique mondiale risque d’entraîner une régression dans la réforme de la gouvernance.

"A ce stade, le plus important pour nous est de savoir comment trouver un équilibre entre le court terme en cas de crise, tout en restant concentré sur les problèmes essentiels tels que le développement des infrastructures,  une main-d'œuvre qualifiée ainsi que l'intégration économique pour le maintien de la croissance long terme de l'Afrique», a déclaré Donald Kaberuka, Président de la Banque africaine de développement.

Outre les évaluations de la compétitivité et les coûts de des affaires sur le continent, le rapport fait également mention de la profondeur et la complexité des marchés financiers de la région, les mesures efficaces que les économies relativement petites sur le continent ont mises en place afin de promouvoir leur compétitivité et l’étendre aux pays africains qui ont mis en place des facteurs de facilitation du commerce transfrontalier.

Le rapport 2009 sur la compétitivité en Afrique est un outil précieux pour les décideurs, les hommes d'affaires et autres importantes parties prenantes ainsi qu’une lecture essentielle pour tous ceux qui portent un intérêt à la région.