L’économie africaine doit devenir une économie de la transformation

11/05/2012
Share |


Le président de la Banque africaine de développement (BAD), Donald Kaberuka a fait observer que « L’économie africaine, qui dépend lourdement de l’exploitation de ses ressources naturelles, doit passer à une économie de transformation ». C’est l’un des messages-clés, lors  de la première journée du Forum économique mondial sur l’Afrique organisé à Addis Abeba, du 9 au 11 mai 2012.

Lors de la conférence de presse des co-présidents du Forum, M. Kaberuka a rappelé que l’Afrique enregistre en moyenne un taux de croissance de l’ordre de 6 pour cent. Ce taux place le continent en deuxième position après l’Asie. Mais, a-t-il indiqué, ce score ne met pas l’Afrique à l’abri de la crise globale, car le continent n’est pas aussi fort qu’en 2008 pour résister aux chocs extérieurs.

Désormais le continent doit mieux gérer ses ressources naturelles pour créer de la richesse, attirer les investissements, générer des emplois en tirant profit de l’augmentation actuelle des salaires que l’on observe en Asie et, enfin, élargir les bases de la croissance économique au profit des plus vulnérables.

Le président Kaberuka et l’ancien premier ministre britannique Gordon Brown ont ouvert la réunion de haut niveau sur l’éducation et la technologie, en présence de nombreux ministres africains en charge de l’éducation ainsi que des représentants du secteur privé. M. Kaberuka a également présidé le lancement de l’Initiative LIONS@FRICA.

Présidée par le premier ministre éthiopien, Meles Zenawi, la session plénière portait sur le thème « La place de l’Afrique dans l’économie mondiale ». Au cours de la session, à laquelle ont pris part de nombreux chefs d’Etat et de gouvernement, les panélistes ont exprimé leur optimisme sur les perspectives de développement et le leadership observés sur le continent. L’innovation technologique, la  transformation agricole, l’éducation, la gouvernance, les infrastructures, les PME-PMI et le partenariat international ont été au centre des discussions.

Le Forum 2012 est co-présidé par Kofi Annan, ancien secrétaire général des Nations-Unies ; Donald Kaberuka, président de la BAD ; Doug McMillon, président de Wal-Mart ; Gao Xiqing, directeur du Fonds souverain chinois CIC ; Monhla Hlahla, présidente, Industrial Development Corporation ; Bekele Geleta, secrétaire général de la Fédération internationale des sociétés de la croix-rouge et du croissant-rouge, et Adrian Monck, modérateur.