La Banque africaine de développement salue la décision du Canada de tripler son capital exigible au sein de l’institution

25/09/2009
Share |

UG-317

Tunis, le 25 septembre 2009 – La Banque africaine de développement (BAD) salue la décision du Canada de mettre temporairement à disposition de la BAD 2,6 milliards d’USD  [2,8 milliards $CAN] pour permettre à l’institution de relever les défis posés par les impacts de la crise financière sur les économies africaines. Cette décision, qui représente un triplement de la quote-part du capital exigible du Canada à la BAD, a été annoncée lors du Sommet du G20 à Pittsburgh par le Premier ministre du Canada Stephen Harper.

« Je me réjouis de l'offre généreuse du Canada de tripler son capital exigible à la BAD, et recommanderai vivement son acceptation par nos actionnaires, a souligné le président de la BAD, Donald Kaberuka. Cette action du Canada répond aux besoins de l’Afrique. Elle permettra à la Banque de poursuivre son appui aux pays africains touchés par la crise financière et économique. Elle contribuera à faciliter le commerce, les activités du secteur privé, y compris dans les pays à faible revenu et à promouvoir la croissance. Cette décision concrétise les engagements pris par les pays du G20. Elle donne aussi le gage que le défi lancé aux banques multilatérales de développement, dont la BAD, d’intensifier leurs efforts pour apporter des réponses rapides et efficaces à la crise peut être relevé. Cette offre traduit également la confiance placée en la BAD et l’espoir que les ressources seront utilisées à bon escient. »

La BAD enregistre une hausse record de requêtes de la part des pays membres régionaux et doit y faire face en conséquence.