Le Conseil de gestion de la Facilité africaine de soutien juridique (FASJ) élit son nouveau président

23/05/2016
Share |

Seward Cooper

Les membres duhttp://bit.ly/1M2GRsN Conseil de gestion de la Facilité africaine de soutien juridique (FASJ) ont annoncé, le 23 mai à Lusaka, la nomination de Seward Cooper en tant que président de leur Conseil. Sa présidence deviendra effective le 30 juin 2016. À sa réunion du 22 mai 2016, qui s’est tenue en marge des Assemblées annuelles de la Banque africaine de développement, le Conseil a également rendu hommage à Sisto Vusi, son président sortant, et à Eve Sinare, membre du Conseil dont le mandat prendra fin le 29 juin 2016.

Stephen Karangizi, directeur de la FASJ, a félicité le nouveau président pour sa nomination et a remercié les membres sortants pour leur engagement et les services précieux qu’ils ont rendus à la Facilité.

De son côté, Seward Cooper a déclaré qu’il se réjouit de son rôle à venir et du leadership approprié dont il sera amené à faire montre dans le cadre de l’examen à mi-parcours de la Stratégie à moyen terme (2013-2017) de la FASJ, actuellement en cours d’application.

Seward Cooper est un juriste d’entreprise international qui agit en tant que conseiller juridique de la présidente du Libéria. Il a également occupé les fonctions de premier conseiller et de chef de l’Unité de la bonne gouvernance auprès de la BAD, et il a codirigé le processus de conception et de rédaction de l’Accord portant création de la Facilité.

La Facilité est un établissement public international opérant à partir des locaux de la Banque africaine de développement (BAD). Elle se spécialise dans la dispense d’avis juridiques et le renforcement de capacités aux pays africains en matière de négociations de contrats commerciaux complexes, de différends avec les créanciers et de transactions des dettes souveraines qui y sont rattachées.

Depuis 2010, le Fonds a fourni des conseils à différents gouvernements sur des transactions portant sur un montant total de 30 milliards de dollars US dans plus de 36 pays africains. La Facilité procure actuellement des conseils à des gouvernements sur des dossiers afférents à des capacités de génération d’énergie supérieures à 1 500 MW. Elle propose également de la formation juridique, de la transmission de connaissances et d’autres soutiens en matière de renforcement de capacités sur des questions comme la négociation de contrats complexes, la gestion et la restructuration de dettes souveraines, ainsi que les partenariats publics-privés.