Facilité africaine de soutien juridique : les organes directeurs réunis à Abidjan

26/05/2015
Share |

Conseil d’administration et Conseil de gestion de la Facilité africaine de soutien juridique (de gauche à droite) : Christian Fougner, Norvège ; Abdenor Brahmi, France ; Nimatou Dramane, Banque ouest-africaine de développement (BOAD) ; Holger Grundel, Royaume-Uni ; Charles Boamah, BAD ; Stephen Karangizi, Directeur de l’ALSF, Frieda Nicolai, Pays-Bas ; Martine Mabiala, Gabon ; Patrick Zimpita, Malawi ; Rafique Mahomed, Mozambique ; Philippe Nizeyimana, Belgique.


Le Conseil d’administration et le Conseil de gestion de la Facilité africaine de soutien juridique (dite par acronyme en anglais ALSF) se sont réunis à Abidjan, les 24 et 25 mai 2015, en marge des Assemblées annuelles de la Banque africaine de développement (BAD). Objectif : examiner le programme de travail de la Facilité et délibérer quant aux engagements stratégiques à prendre pour l’avenir.

 Charles Boamah, vice-président de la BAD en charge des finances et président du Conseil d’administration de l’ALSF, a tenu à remercier les membres présents pour le dévouement dont ils font preuve au service de cette instance.

Et de souligner que « Les demandes des pays membres régionaux, qui dépassent le cadre du mandat de l’ALSF, montrent clairement que les interventions actuelles comblent une lacune ». Avant d’ajouter que cela démontre que la Facilité a su aider les gouvernements à négocier des contrats équitables et viables grâce à son expertise, offrant ses prestations de conseils, une aide dans les litiges, ainsi que des programmes innovants de renforcement des capacités.

Le Conseil d’administration et le Conseil de gestion ont délibéré quant aux questions d’ordre financier et institutionnel, notamment sur le mandat dudit Conseil de gestion.

Hébergée par la Banque africaine de développement, la Facilité africaine de soutien juridique soutient les gouvernements africains dans la négociation de transactions commerciales complexes, depuis 2010. Elle a été créée afin de renforcer le rapport des force des gouvernements africains dans  leurs relations avec de riches investisseurs internationaux qui, jusque-là, prenaient souvent le dessus dans les négociations.

L’ALSF est une organisation qui se dédie exclusivement à la prestation de conseils juridiques et à offrir une assistance technique aux pays africains. A cette fin, son objectif à long terme est de s’assurer que les gouvernements africains aient la capacité juridique de négocier et conclure des accords équitables et viables, qui leur apportent une valeur économique maximale et protègent leurs droits souverains.