Mozambique : un prêt de la BAD de 21 millions $ pour stimuler une croissance inclusive et durable

18/12/2015
Share |

Le Groupe de la Banque africaine de développement (BAD) et le gouvernement du Mozambique ont signé, mercredi 16 décembre 2015 à Abidjan, un accord de prêt d'un montant de 21 millions de dollars EU. Celui-ci est destiné à financer la deuxième phase du Programme de gouvernance économique et de croissance inclusive du pays (PGECI II) et à offrir au secteur privé au Mozambique un environnement propice.

Cette opération d'appui budgétaire est la deuxième d'une série de trois, couvrant la période de 2014 à 2016. Le but visé consiste à appuyer les efforts du gouvernement en faveur d'une croissance inclusive et durable, en renforçant la gestion transparente et responsable des finances publiques ainsi que le dispositif de gestion des ressources naturelles. Ce programme entend également promouvoir un environnement plus favorable au développement du secteur privé.

Le PGECI II contribuera à réglementer les opérations bancaires par voie électronique, dont les transactions mobiles ; à élaborer des lois relatives aux entreprises publiques et privées ; et à réviser le Plan d'investissement intégré, en l'assortissant des détails de financement de projets destinés à être publiés. Le PGECI II prévoit aussi d'appuyer le gouvernement dans la rédaction d'un projet de régime fiscal pour les activités minières et pétrolières qui doit être présenté au parlement ; de revoir la stratégie en matière de PME approuvée par le Conseil des ministres ; et de contribuer à la législation nationale en matière d'indemnisations.

Le directeur national du Trésor au ministère de l'Économie et des Finances, Adriano Isaias Ubisse, qui a signé l'accord de prêt pour le Mozambique, a fait l'éloge du soutien financier et technique continu du Groupe de la Banque, qui " cadre entièrement avec les programmes de développement de mon pays ". Et d'ajouter : " Cet accord viendra en soutien de la ferme volonté de mon gouvernement de promouvoir une croissance inclusive et durable, en consolidant la transparence et la responsabilisation au niveau de la gestion des finances publiques et des cadres de gestion des ressources naturelles ".

Le vice-président de la BAD pour les infrastructures, le développement du secteur privé et l'intégration régionale, Solomon Asamoah, a souligné l'excellence des relations qui lient la Banque et le gouvernement du Mozambique, ainsi que la qualité de la coopération qui a prévalu durant l'élaboration du programme : " La Banque se réjouit d'avance de sa collaboration avec le gouvernement et nos partenaires au développement, pour assurer l'exécution réussie des programmes de réforme prévus sous la phase III en 2016, et de poursuivre son partenariat avec le Mozambique pour en accélérer le développement ", a-t-il dit.

A ce jour, la Banque détient un portefeuille de 17 projets dans le pays, d'une valeur de 636 millions de dollars EU. Depuis le lancement de son premier projet au Mozambique, en 1977, le Groupe de la Banque n'a cessé de fournir une aide significative et diversifiée au développement économique du pays. Cette aide a été allouée principalement au secteur des transports (48 %), suivi de l'agriculture (15 %), de la production d'électricité (9 %), des mines et carrières (6 %), de l'eau et de l'assainissement (6 %), des finances (2 %) et du développement social (1 %). L'appui budgétaire global de la BAD au pays pour la période 2011 à 2013 s'est élevé à 93,6 millions de dollars EU, représentant 14 % du portefeuille.