Le Comité des 10 (C10) encourage la diversification pour combattre la vulnérabilité économique

22/04/2013
Share |

Le Comité des 10, composé de ministres africains et de gouverneurs de banques centrales du continent, s’est réuni le 18 avril à Washington et a plaidé pour un soutien ferme au Fonds africain de développement (FAD) et préconisé une transformation véritable des économies africaines.

Le Comité a insisté sur le fait que le FAD « a joué un rôle majeur dans l'intégration économique, le développement des infrastructures et l'appui aux pays affectés par un conflit ». Ce point de vue relayait les propos tenus par la présidente du Libéria, Ellen Johnson Sirleaf, à l’occasion de la première réunion sur la reconstitution du FAD-13, qui a eu lieu à Tunis en février 2013. «La Banque africaine de développement a toujours été une institution financière de premier ordre. C’est elle qui défend le mieux l'Afrique dans la réalisation des OMD », avait-t-elle alors déclaré.

Le C10 a en outre relevé la performance économique solide qui a été celle de l'Afrique au cours de la dernière décennie. Six sur les dix économies les plus dynamiques dans le monde se trouvent en Afrique, et en 2012, le continent a connu une croissance du PIB de 6,6 %.

Toutefois, le Comité a averti que la poursuite de la croissance de l'Afrique court un danger en raison de la baisse des flux d'aide, d’une diminution de la demande d'exportations en provenance de la zone euro et des incertitudes budgétaires aux États-Unis. Il a donc tiré la sonnette d’alarme sur la nécessité de diversifier les économies pour surmonter la vulnérabilité dans le contexte économique mondial actuel. Il a également encouragé le continent à se concentrer sur la transformation structurelle, ainsi que sur « l’accroissement de la mobilisation des ressources intérieures, l’amélioration de la gestion des finances publiques, la réduction de l'énorme déficit des infrastructures et le développement des marchés  et des sources non traditionnelles de financement».